L'Action Agricole Picarde 26 juin 2013 à 11h36 | Par Marion Martin

Aonp : développer les filières courtes et profiter du photovoltaïque

Echos de l'assemblée générale de l’association ovine Nord-Picardie (Aonp).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marc Dubiquet, président de l'Aonp : "nous maintenons le nombre de nos adhérents».
Marc Dubiquet, président de l'Aonp : "nous maintenons le nombre de nos adhérents». - © AAP

«Nos résultats sont positifs et nous maintenons le nom­bre de nos adhérents», a d’emblée annoncé Marc Dubiquet, le président de l’association ovine Nord-Picardie (Aonp) lors de l’assemblée générale. Une trentaine de personnes s’étaient réunies à cette occasion le 17 juin à la salle des fêtes du silo à Beauquesne (80). Les membres de l’association ont réaffirmé vouloir maintenir et développer les filières courtes tels que Paysans Picards, et trouver des solutions aux fermetures des abattoirs. Une réflexion est actuellement en cours pour ouvrir un nouvel abattoir dans la Somme et celui de Forges les Eaux va peut-être ré-ouvrir.

Le photovoltaïque pour rentabiliser le bâtiment
La section bovine de l’Aonp souhaite pour sa part poursuivre le développement des filières viande de proximité, notamment avec la viande bovine «Bœuf de nos régions». Et elle entend continuer à accompagner les éleveurs sur le plan technique.
Audrey Désormaux de la Fédération nationale ovine est ensuite venue parler du photovoltaïque qu'elle a présenté comme «une source de financement intéressante pour rentabiliser un bâtiment». «Beaucoup de personnes pensent que le photovoltaïque a perdu de son intérêt. Avant 2009, les tarifs étaient certes très attractifs à 60 cts/kWc. Aujourd'hui, ils sont quatre fois moindre, mais les prix des panneaux ont également baissé. Investir dans le photovoltaïque reste donc intéressant», a-t-elle assuré. A titre d’exemple, en 2013, le coût de l'installation pour une surface de toiture de 650 m² est de 170 000 euros contre 475 000 euros en 2009.
L'installation se finance actuellement en sept ans et demi grâce à l’énergie produite et revendue, selon Audrey Désormaux. Un bâtiment type bâtiment de stockage est rentabilisé en 18 ans dans le Nord de la France. "Même si la luminosité est moins importante, les panneaux photovoltaïques sont productifs . Regardez en Allemagne, un pays où le photovoltaïque est très répandu», a-t-elle insisté.
L'intervenante a par ailleurs fait observer que le photovoltaïque fait participer les agriculteurs au développement des énergies renouvelables. «Ils contribuent ainsi au développement économique des territoires tout en offrant du travail à des opérateurs locaux».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui