L'Action Agricole Picarde 07 juin 2018 à 06h00 | Par Stéphanie Doligez

Appel à mobilisation devant les dépôts de carburant

Pour dénoncer les distorsions causées ou cautionnées par l’Etat, les FDSEA et Jeunes agriculteurs des cinq départements des Hauts-de-France appellent à bloquer les raffineries et dépôts de carburant, partout sur le territoire, notamment à Dunkerque.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © D. R.


A travers les raffineries, c’est l’Etat que la FNSEA et JA veulent viser. L’Etat qui accumule les incohérences en ce qui concerne l’agriculture et, en particulier, l’autorisation accordée au groupe Total d’incorporer de l’huile de palme d’importation pour l’élaboration de biocarburants dans son usine de la Mède, près de Marseille. Et c’est là que l’hypocrisie vire au paroxysme : la France a organisé la Cop 21 sur la réduction des gaz à effet de serre ; les biocarburants contribuent à cet objectif, du moins les biocarburants tels qu’on les connaît jusqu’à présent. Entre la déforestation et la consommation de son acheminement sur place, nul ne comprend le sens écologique de cette orientation industrielle. Victime directe, la filière colza, car quand on prend la calculatrice, le contingent que Total prévoit d’importer (300 000 t
d’huile de palme) est du même ordre de grandeur que ce que l’on peut extraire de la production annuelle de colza dans la région Hauts-de-France. Si ce projet va à son terme, la filière n’aura d’autre choix que de réduire les surfaces. Victimes collatérales : les filières d’élevage. 300 000 t d’huile, c’est environ le double en tourteaux. Des tourteaux tracés, moins volatils que le soja, dont l’incorporation dans les rations ne cesse de croître, pour répondre à l’équilibre économique des exploitations et les attentes de la société.
Dans un courrier adressé au ministre d’Etat Nicolas Hulot, le président du Conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, s’est dit «inquiet pour les exploitations agricoles, car c’est l’ensemble de la filière des oléo-protéagineux qui risque d’être déséquilibrée» par cette décision qui «menace une source importante de matière première utilisée comme pour l’alimentation animale». Et de demander enfin «que l’Etat, en concertation avec les industriels et la profession agricole, puisse trouver une solution qui allie indépendance énergétique et développement durable».
La démarche est la même sur tous les sujets : l’huile de palme chez Total, les substances de croissance animales et les distorsions phytosanitaires dans les échanges qui augmenteront dans le cadre des accords du Mercosur… L’Etat annonce vouloir renforcer l’agriculture en votant la loi Agriculture et Alimentation, mais l’écartèle dans le même temps entre ses contraintes franco françaises et la concurrence internationale accrue. «C’est un jeu de dupes», dénoncent Laurent Degenne, Jean-Christophe Rufin, Simon Ammeux et Edouard Brunet, responsables de FRSEA et JA Hauts-de-France, qui appellent à un mouvement collectif : «Ensemble, agriculteurs et consommateurs, refusons ce jeu de dupe dans lequel nous sommes tous trompés !
L’occasion de dire, une bonne fois pour toutes : choisissons l’agriculture française et donnons-lui toutes ses chances de continuer à progresser.».
Pour les agriculteurs, la mobilisation a démarré, avec sur les territoires des opérations de blocages ou de bâchage de stations Total dès cette semaine, par les équipes syndicales locales, qui engagent ainsi les «hostilités», tout en prenant les consommateurs à témoin des désastres économiques et environnementaux qui se jouent (cf. visuel). Quant aux sites de Dunkerque, un blocage est lancé à compter de lundi 11 juin matin, avec une rotation des différents départements sur site. Objectif ? Ramener l’Etat dans la partie pour qu’il mette fin à ses incohérences, que ce soit sur ce sujet ou les autres, et que l’agriculture retrouve sa place à part entière dans le tour de table des secteurs économiques et stratégiques. Pour l’heure, elle semble avoir un strapontin.
Retrouvez ci-contre les modalités de mobilisation près de chez vous !

Les points de rendez-vous

Trajet par bus exclusivement

Bus n°1 :
Départs à 5h30 à Amiens, à 6h15 à Abbeville, et à 8h à Dunkerque
Retours à 22h à Abbeville, à 23h15 à Amiens

Bus n°2 :
Départs à 5h30 à Roye, à 6h15 à Bapaume, et à 8h à Dunkerque
Retours à 22h à Bapaume, à 23h15 à Roye

Sur place, restauration et logistique assurée.

Inscription auprès du président local, ou au 03 22 53 30 31

- © AAP

Un exemple de visuel distribué cette semaine

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui