L'Action Agricole Picarde 22 novembre 2018 à 06h00 | Par Florence Guilhem

Bâchage et débâchage mécanisés : la politique de Saint Louis Sucre

La 6e journée Mont Blanc a été aussi l’occasion d’assister à une démonstration de bâchage et de débâchage mécanisés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En moins d’une minute, le silo de betteraves est bâché mécaniquement.
En moins d’une minute, le silo de betteraves est bâché mécaniquement. - © F. G.



Top chrono. En une minute, le bras de la machine se met en branle et recouvre 300 tonnes de betteraves par une bâche en propylène. C’est fini. Au suivant. En une journée, 10 000 tonnes de betteraves peuvent ainsi être recouvertes. Le processus est des plus simples. La bâche s’enroule, comme aspirée, autour d’une tige métallique de six mètres. Vingt mètres de bâche peuvent être enroulées. Ensuite, celle-ci est déroulée sur le silo, puis est bordée avec un disque en téflon pour éviter qu’elle ne s’envole et pour qu’elle recouvre parfaitement le silo de betteraves. Pour le débâchage, c’est le même procédé, mais à l’envers. La vis soudée sur la tige happe la bâche, qui s’enroule sur cette dernière. Temps écoulé : une minute.

«Le temps perdu, c’est sur la route, indique André Scheer, qui commercialise la machine en démonstration. Une fois cela dit, le bâchage présente un intérêt certain, car il protège les silos du froid, comme du gel, et permet d’avoir moins de tare terre.» Et l’humidité ne reste pas, évitant le pourrissement des betteraves. Détail important s’il en est avec l’allongement des campagnes, pouvant aller jusqu’à cent vingt jours désormais. L’objectif pour Saint Louis Sucre est donc d’atteindre 100 % de bâchage des betteraves de ses planteurs.

Coup d’accélérateur
L’an dernier, un premier test de débâchage avait été réalisé au nord d’Eppeville sur 40 000 tonnes de betteraves. A présent, l’opération va être étendue dans l’ensemble du secteur nord d’Eppeville. 180 000 tonnes de betteraves seront débâchées. Le débâchage se fera 48h avant l’arrivée de la grue. Ce service est gratuit et les planteurs reçoivent une indemnité de 0,65 /t pour bâcher manuellement.
Autre nouveauté cette année : une seconde machine va être utilisée, en test, dans le secteur nord-ouest d’Eppeville, pour bâcher et débâcher mécaniquement les silos de betteraves. 90 000 tonnes de betteraves sont visées. Coût de l’opération : 1,30 /t, auquel les planteurs pourront déduire une indemnité de 0,65 /t, soit, au total, de leur poche, 0,65 €/t.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui