L'Action Agricole Picarde 01 novembre 2018 à 06h00 | Par Hervé Georges (Chambre d’Agriculture de la Somme)

Bas volume : la qualité de pulvérisation concerne aussi les applications d’automne

Printemps, comme automne, il est important d’assurer les meilleures conditions pour la pulvérisation des applications phytosanitaires. Les bonnes pratiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La taille des gouttelettes a un impact important sur l’efficacité et la derive.
La taille des gouttelettes a un impact important sur l’efficacité et la derive. - © SYNGENTA

La recherche des conditions optimales pour la pulvérisation des applications phytosanitaires est indispensable dans un contexte de baisse des efficacités de certains herbicides foliaires, mais aussi des fongicides. Une efficacité maximale permettra également d’éviter des traitements de rattrapage, sources de charges supplémentaires et d’IFT plus élevés.
Au printemps, cette recherche passe par quatre critères incontournables : des buses qui fournissent des tailles de gouttelettes moyennes et régulières, la recherche d’une hygrométrie maximale, voire des applications sur rosée, une pulvérisation par temps poussant et, en dernier ressort, l’utilisation de différents adjuvants. Ces derniers ont pour objectif d’adapter les caractéristiques des gouttelettes pour améliorer leur mouillabilité, la lutte contre leur dessication ou la pénétration de la matière active… L’application de ces grands principes est de plus en plus incontournable au printemps. Ils sont de plus en plus pratiqués pour les produits à action foliaire.
A l’automne, s’agissant bien souvent de produits à action racinaire et foliaire, la priorité reste avant tout d’intervenir sur sol humide ! Pour rappel, il faut au minimum 10, voire 15 mm de pluie après application afin de garantir une efficacité optimale d’un produit à action racinaire. Dans différents essais, il est courant de voir des efficacités de produits racinaires variant de 30 à 90 % rien que sur le facteur «humidité du sol au moment de l’application». Concernant les produits à action racinaire, l’ajout d’adjuvants n’a pas montré d’intérêt à ce jour. A ce titre, le meilleur adjuvant reste l’humidité du sol.

Le choix de la buse
Reste la question du choix de la buse. Par définition, les produits à action racinaire  sont les moins exigeants en termes de couverture et de nécessité en nombre d’impacts/cm². Lorsque des produits de contact type mancozèbe, chlorothalonil exigent entre 50 et 70 impacts/cm², les herbicides racinaires type Prowl 400 ; Trooper... n’en exigent que 20 à 30. Pour rappel, le glyphosate herbicide systémique a, lui aussi, une exigence faible, de l’ordre de 20 à 30 impacts/cm². C’est la systémie  du produit qui compense un nombre d’impacts plus faible.
Pour réaliser une pulvérisation à 20-30 impacts/cm², utiliser une buse à injection d’air est tout à fait adapté. Ces buses réalisent généralement de grosses gouttelettes au détriment du nombre d’impacts. Si cette caractéristique est décriée avec les produits à action foliaire ou de contact au printemps, elle est largement suffisante à l’automne. Qui plus est, l’augmentation de la taille des gouttelettes limitera le risque de dérive de pulvérisation, élément important pour le glyphosate, par exemple, et devenu obligatoire pour l’emploi de produit à base de prosulfocarbe (Defi…).

Exigence en nombre d’impacts/cm² selon la catégorie de produit (et exemples)
Exigence en nombre d’impacts/cm² selon la catégorie de produit (et exemples) - © D. R.



Pour aller plus loin

Participez à la formation «Optimiser la pulvérisation pour réduire le litrage ou passer en bas volume»
(deux jours)
Démarrage le 22 novembre, à Villers-Bocage

Contact : Sandrine EVAIN : 03 22 93 51 20
s.evain@somme.chambagri.fren

Rappel réglementation prosulfocarbe (Defi, Daiko, Datamar…)

- Obligation d’employer une buse anti-dérive en respectant les marques, calibres et pression d’utilisation
- Restriction d’emploi par rapport aux cultures non cibles (vergers de pommes et poires…) :
Interdiction de traiter à moins de 500 m avant récolte des cultures non cibles,
Interdiction de traiter entre 500 et 1 km avant récolte des cultures non cibles, sauf avant 9 heures et après 18 h, en conditions de température faible et hygrométrie élevée

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui