L'Action Agricole Picarde 13 juillet 2020 à 14h00 | Par Alix Penichou

Betteraves : une jaunisse «hors de contrôle» fragilise la filière

La CGB alertait le 8 juillet quant à une situation «hors de contrôle» sur le front de la jaunisse des betteraves. Ses dirigeants réclament des solutions efficaces de lutte et un soutien aux planteurs sinistrés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La jaunisse se manifeste par une coloration jaune citron du limbe des feuilles, entre les nervures. Les feuilles s'épaississent et deviennent cassantes, puis prennent une coloration rougeâtre.
La jaunisse se manifeste par une coloration jaune citron du limbe des feuilles, entre les nervures. Les feuilles s'épaississent et deviennent cassantes, puis prennent une coloration rougeâtre. - © ITB

Une situation agronomique qui se détériore, hors de contrôle… «Je suis très inquiet pour la filière», s’alarme Franck Sander, président de la CGB (Confédération générale des planteurs de betteraves). La petite bête à l’origine de cette «catastrophe» est le puceron, vert, vecteur de la jaunisse virale. «Nous avons subi une invasion sans précédent, dès le milieu du mois d’avril, au stade 2 feuilles de la plante, alors que les auxiliaires n’étaient pas encore présents», précise-t-il. Conséquences : dès le mois de mai, la région Centre donnait l’alerte des premiers signes de jaunisse. En à peine dix jours, des champs entiers viraient au jaune. «Toute la France est désormais concernée». Plus du quart des betteraves françaises sont déclarées malades de la jaunisse.

En Hauts-de-France, l’Oise est le département le plus touché, avec 10 à 30 % de parcelles contaminées. Mais même si, pour l’instant, moins de 1 % des surfaces betteravières de l’Aisne, de la Somme, du Nord et du Pas-de-Calais, sont touchées, elles ne devraient pas y échapper. «Chaque jour, le virus gagne du terrain. Il se propage de plus en plus vers le nord», prévient Frank Sander.

Les pertes de rendement sont chiffrées à 100 M€, allant jusqu'à dépasser les 1 000 €/ha au sud de Paris, zone la plus atteinte avec une production amputée de 30 à 50 % selon des prélèvements. À trois mois de la récolte, la CGB avance une estimation de moins de 80 t/ha à 16° S (contre 87 t/ha en moyenne quinquennale), au «plus bas depuis plus de quinze ans».

Des solutions de traitement inefficaces

Un sentiment de colère anime les betteraviers, d'après le syndicat : «Les néonicotinoïdes (interdits depuis le 1er septembre 2018, ndlr) en enrobage de semences étaient une solution efficace. Nous pensions que les solutions alternatives dont nous disposions (Teppeki et Movento) l’étaient aussi. Il s’avère que non.» D’après Frank Sander, l’incompréhension est d’autant plus grande que ces solutions autorisés sont à contre-courant sociétal, car utilisées en pulvérisation, générateurs de surcoûts de 80 €/ha, soit 1 €/t de betteraves. «Nous réalisons entre deux et quatre traitements, contre aucun auparavant, et sans résultat.» Cette mesure, instaurée dans le cadre de la loi biodiversité de 2016, est «une décision politique», considère le président. Il souligne les efforts consentis par les agriculteurs avant l'interdiction, à savoir cultiver des plantes non mellifères après les betteraves. À ses yeux, le sujet des phytosanitaires - comme le montre cet exemple de la protection contre les pucerons - est abordé «non pas comme un problème technique ou scientifique. C'est un débat politisé.»

La crainte du syndicat : cette impasse agronomique, qui s’ajoute à une crise économique qui se prolonge pour la filière (cf. encadré), pourrait se transformer en «découragement», au point de faire chuter les surfaces l'an prochain et de menacer le tissu industriel, selon le directeur, Pierre Rayé.

Indemnisation et moyens

La CGB réclame donc au ministère de l'Agriculture une solution efficace de protection des betteraves, via l'enrobage des semences, pour 2021, une indemnisation des planteurs sinistrés, et une accélération de la recherche contre la jaunisse. «La sélection variétale paraît l’un des meilleures réponses au problème, mais cela prend du temps.» Cinq ans sont jugés nécessaires avant l'arrivée de variétés résistantes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui