L'Action Agricole Picarde 07 avril 2018 à 06h00 | Par Alix Penichou

«Bienvenue à la ferme» fête le printemps

Trente ans, mais l’essoufflement se fait sentir dans la Somme. Le réseau «Bienvenue à la ferme» a donc décidé de se donner une nouvelle dynamique. Cela commence par la fête du printemps.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Du 7 avril au 9 juillet, 43 agriculteurs des Hauts-de-France adhérents à «Bienvenue à la ferme», ouvrent leurs portes. Parmi eux, Odile Boone, Mathilde Degrendel, Joshua Potel, Béatrice Thorel, Carole Wiel et Romain Godefroy . (© F. G.)

Inviter les touristes à découvrir le bon goût des produits fermiers et à vivre des expériences inoubliables à la ferme. C’est le principe de «Bienvenue à la ferme», qui soufflera ses trente bougies en juin.

En chiffres : 8 000 agriculteurs dans toute la France, dont soixante-sept dans la Somme. Quarante-trois d’entre eux, installés en Hauts-de-France, fêteront le printemps du 7 avril au 9 juillet, avec des portes ouvertes. Dégustations, animations, rencontre avec les agriculteurs font partie du programme.

Romain Godefroy, à Sentelie, au pied de la vallée des Evoissons, invite par exemple à découvrir son élevage d’escargots, de la reproduction à la transformation en plats cuisinés. Dominique et Xavier Delorme, eux, ouvrent les portes de leur ferme Les Canards de la Germaine, à Sancourt, dans le Santerre, et font déguster leur foie gras maison. Ou encore, Odile Boone présente son élevage de lapins Angora, à Jumel, près d’Ailly-sur-Noye.

Mais le réseau tend à décroître dans la Somme : «Ils étaient quatre-vingt agriculteurs il y a trois ans, assure Anne Catteau, de la Chambre d’agriculture de la Somme, qui coordonne le réseau dans le département. Certains sont partis à la retraite et d’autres n’ont pas saisi l’utilité de la marque. Nous voulons donc relancer une dynamique pour fidéliser les adhérents et en recruter de nouveaux.»

Face aux concurrents, la marque de notoriété veut mettre en avant ses qualités : «Nous sommes le premier réseau national de vente directe et d’accueil à la ferme. Trois millions de Français en sont clients et le chiffre d’affaires annuel s’élève à un milliard d’euros

«Mangez et vivez fermier»

L’argument phare, pour convaincre les agriculteurs : s’approprier la marque est un moyen de gagner la confiance du consommateur et d’améliorer son attractivité par une communication professionnelle.

Sa nouvelle stratégie, «Bienvenue à la ferme» l’axe justement sur la communication. «Nous incitons chaque ferme à avoir un discours tourné vers le consommateur. Tout doit être tourné vers le “nous vous proposons“.» Les services doivent s’articuler autour du «mangez et vivez fermier».

Pour promouvoir le tout, le réseau bénéficiera de la valorisation de son site internet. «Une nouvelle charte graphique, dans un premier temps, puis un tout nouveau site en fin d’année. On pourra y retrouver une fiche ferme pour chaque adhérent

Pour obtenir la marque et le panneau signalétique, un dossier d’agrément est à obtenir (renseignements auprès la chambre d’agriculture de son département ). «Le conseil est individuel, en fonction du lieu et de l’activité proposée.» Une cotisation d’environ 190 Ä par an, en fonction des formules, est aussi à reverser.

Anne Catteau croit dur comme fer au développement de la marque dans la Somme : «A nous de bien cibler notre démarche auprès du grand public. Les portes ouvertes de la fête du printemps servent à cela !».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui