L'Action Agricole Picarde 09 octobre 2018 à 08h00 | Par Réussir

Biocontrôle : le «substitut miracle» n'est pas au point...

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des tests sur l’effet protecteur de communautés microbiennes présentes sur les résidus de blé et de colza n’ont « pas permis d’identifier d’agent de biocontrôle potentiel agissant seul », a indiqué le 8 octobre le consortium européen Emphasis. « Il est difficile d’envisager qu’un agent de biocontrôle puisse être utilisé en tant que substitut miracle à un produit, par exemple un fongicide de synthèse dont l’efficacité est avérée, malgré les inconvénients qu’on lui connait », selon un communiqué tirant les conclusions de travaux menés par l’Inra depuis 2015. Si des micro-organismes peuvent être identifiés comme bénéfiques, c’est bien la communauté microbienne globale qui a un effet et pas forcément telle ou telle espèce considérée isolément, explique le consortium. D’où sa préconisation consistant à « favoriser des pratiques agricoles qui préservent (ou au moins évitent de dégrader) l’équilibre qui prévaut dans cette communauté ». L’étude de l’Inra a permis de tester sur de jeunes plants de blé l’effet protecteur de champignons et bactéries contre Zymoseptoria tritici, responsable de la septoriose. Le projet Emphasis de 7 M€, financé par la Commission européenne, rassemble 22 partenaires de 10 pays de l’UE.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui