L'Action Agricole Picarde 26 avril 2018 à 12h00 | Par Réussir

Blé : un décembre trop chaud, printemps trop pluvieux

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des chercheurs de l’Inra, du CNRS et du CEA montrent que les températures anormalement élevées à la fin de l’automne accentuent l’effet négatif des précipitations excessives du printemps suivant sur la production de blé, comme on l’a vu en 2016. En voulant tirer la leçon de la récolte désastreuse de 2016 en blé, les scientifiques ont mis en évidence que l’excès de précipitations printanières est d’autant plus préjudiciable pour le rendement de culture que les températures de l’automne précédent sont anormalement élevées, a révélé l’Inra le 24 avril. Ainsi, si à l’automne, le nombre de jours entre 0°C et 10 °C diminue de moitié, passant de 20 à 10 jours, et que des précipitations nettement supérieures à la moyenne accompagnent le printemps suivant, la probabilité d’avoir des pertes de rendement sévères, c’est-à-dire supérieures à 10 %, double, pour atteindre 50 %. A horizon 2050, les températures très douces de décembre 2015 pourraient être nettement moins rares, à l’avenir, dans la principale zone française de production de blé, a précisé l’Inra. Par contre, aucune tendance ne se dessine clairement pour les précipitations printanières, d’avril à juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui