L'Action Agricole Picarde 31 juillet 2019 à 18h00 | Par AAP

Bourse aux fourrages dans la Somme

Avec plus de 800 hectares de terres parties en fumée et une canicule sans précédent, la bourse aux fourrages de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs de la Somme est mise en route.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La bourse aux fourrages est une plateforme qui facilite vos recherches en fourrages.
La bourse aux fourrages est une plateforme qui facilite vos recherches en fourrages. - © D. R.

Si vous recherchez de la paille, du foin, des fanes de pois, du maïs ensilage ou que vous en vendez, la bourse est faite pour vous ! Une plateforme  a été mise en place pour mettre en relation les agriculteurs/trices de la Somme sur un même site et faciliter ainsi vos recherches. Avec déjà plus d’une dizaine d’annonces (offre et demande) mises en ligne, la bourse démarre bien. Côté méthode, pour vous inscrire, on vous explique tout.

Vous avez un compte Facebook
La plateforme se situe en effet sur la page Facebook de la FDSEA de la Somme. Connectez-vous sur un compte, accédez à l’adresse située dans l’encadré ci-dessous et postez directement votre annonce en ligne, sans oublier de préciser la nature de la vente ou de la recherche, la quantité et le secteur. Les personnes intéressées vous contacteront directement par message.

Vous n’avez pas accès à Facebook
Contactez directement le standard de la FDSEA de la Somme au
03 22 53 30 31. Nous enregistrerons vos données et publierons l’annonce à votre place. Si celle-ci trouve preneur, nous transmettrons vos coordonnées pour que vous puissiez prendre la main.

- © D. R.

Réaction de Marie-Françoise Lepers, secrétaire générale de la FDSEA

Solidarité et pragmatisme

La situation de la semaine dernière a été critique pour les fourrages : elle a levé beaucoup de craintes, et, malgré la pluie, tous ne sont pas levés. En pousse d’herbe, tout ce qui est perdu l’est définitivement, et même avec des hypothèses favorables, les stocks seront amputés. L’ampleur des dégâts est encore plus variable spour les maïs, selon les types de sols, la date de semis, et les températures locales, et nous devons nous préparer à toutes les éventualités. En aucun cas une paille ne remplace un maïs ou un foin, mais il y a encore des ressources disponibles pour adapter les stocks et éventuellement corriger les rations pour l’hiver prochain. Nous avons mis en place une solution simple et directe pour faciliter les mises en relation, tout en reposant sur le lien permanent. Avec deux-mille abonnés à notre page Facebook, et tout autant chez JA, le lien le plus rapide est celui-là. Et pour ceux qui n’ont pas Facebook, nous gardons un numéro de téléphone pour lancer les appels et recueillir les besoins. Cela se fait vite, en direct, car les jours sont comptés. De la solidarité et du pragmatisme, en résumé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui