L'Action Agricole Picarde 30 octobre 2020 à 06h00 | Par Aline Dupont

Centipède, le réseau RTK libre de droit bientôt disponible

Une communauté de passionnés de nouvelles technologies et d’informatique s’est récemment constituée pour développer Centipède, un réseau RTK libre d’utilisation. La Chambre d’agriculture de la Somme propose de le découvrir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Marie Noël a conçu son propre système de guidage connecté au réseau Centipède. © Camille Crampon Base de référence de Villers-Bocage. © Camille Crampon

Pilier de l’agriculture de précision, le RTK (Real Time Kinematic) est une technique de positionnement qui permet d’accroître la précision de localisation (1 à 2 cm) par rapport à un système GPS classique grâce à un système de correction. Ce système repose sur l’utilisation de bases de référence au sol qui mesurent en continu la différence entre leur position réelle (déterminée très précisément via un algorithme) et leur position donnée par les satellites (perturbée par l’atmosphère). Alors que traditionnellement la correction est délivrée par des entreprises privées comme Orphéon ou Téria, une communauté de passionnés par les nouvelles technologies et l’informatique, des «geeks», s’est récemment constituée pour développer un réseau RTK libre d’utilisation : le réseau Centipède. Ce réseau présente l’avantage d’être collaboratif et «lowcost».

Une couverture de l’ensemble du département
Ce projet, initié par l’Inrae, avait pour objectif premier de répondre au besoin des organismes de recherche de collecter des données géographiques de haute précision sur le terrain. Aujourd’hui, grâce à la communauté qui fait évoluer le réseau en fonction des besoins des utilisateurs, de nombreuses applications ont émergé dont notamment l’autoguidage. C’est dans ce cadre que la Chambre d’agriculture de la Somme a installé quatre bases de référence Centipède pour couvrir la totalité du département et ouvrir ce réseau à l’ensemble des agriculteurs de la Somme. Le réseau Centipède est déjà utilisé par la Chambre départementale d’agriculture pour ses propres outils de géolocalisation. Des tests de fiabilité des données sont en cours de réalisation avec ces outils de topographie pour s’assurer de la stabilité et de la précision du réseau Centipède. Ces tests seront menés sur une durée de six mois à intervalle régulier sur tout le département.

Tests de précision et compatibilité
En ce qui concerne l’utilisation du réseau Centipède pour les systèmes d’autoguidage GPS, tous les agriculteurs ne sont pas logés à la même enseigne. Avec un système d’autoguidage «maison» (cf. encadré), la question ne se pose pas, le réseau Centipède est facilement accessible et les «agrigeeks» de la Somme seront ravis d’apprendre que le département est couvert en RTK. La compatibilité n’est en revanche pas assurée avec tous les matériels d’autoguidage propriétaires, c’est-à-dire dont le système est développé et conçu par des constructeurs type John Deere ou encore Trimble. La Chambre d’agriculture de la Somme effectue actuellement des tests sur ces matériels pour lever les éventuels blocages et mesurer la possibilité d’utiliser le réseau Centipède. Si cette possibilité se confirme, les utilisateurs de RTK pourront accéder gratuitement au signal du réseau Centipède.

Des initiatives multiples
D’autres initiatives de partages existent aussi sur internet et concernent de plus en plus de projets agricoles. Ces initiatives peuvent mobiliser les concepts d’Open source - qui consiste à partager publiquement le code source d’un logiciel pour permettre sa lecture, sa modification et sa redistribution - et d’Open hardware - qui consiste dans le même cadre que l’Open source à ouvrir des plans et modes d’emploi pour la conception d’objets - Les personnes qui utilisent et participent au développement de ces solutions sont appelées «la communauté». Cette philosophie confère de nombreux avantages. D’une part, elle permet aux agriculteurs de se réapproprier les technologies et les savoir-faire pour devenir plus autonomes et être capables de réparer leurs outils eux-même. D’autre part, les plans étant disponibles pour tous et améliorables par tous, l’outil peut facilement évoluer en fonction des besoins des utilisateurs. De plus, ces solutions sont généralement abordables et peuvent donc être facilement adoptées.
À l’instar du réseau Centipède, AgOpenGPS est un autre exemple de projet agricole en fort développement. Il s’agit d’un logiciel d’autoguidage libre et gratuit, conçu pour fonctionner sur tablette Windows. Le logiciel est mis à disposition par la communauté avec des plans et des tutoriels permettant de fabriquer un système d’autoguidage soi-même.

Pour Jean-Marie Noël, une façon d’être «indépendant»

Exploitant à Croissy-sur-Celle à la limite du département de la Somme avec l’Oise, Jean-Marie Noel est un précurseur dans l’exploitation de ce potentiel. Il y a deux ans, il a investi par l’intermédiaire de sa Cuma dans un semoir de 6 mètres de largeur pour faire du semis direct ; l’autoguidage devenait alors indispensable. Cela faisait déjà une dizaine d’années qu’il s’intéressait à l’Open source collaboratif. Cet engouement est vite devenu une préoccupation. «La documentation est mise à disposition et chacun contribue à sa manière selon ses compétences au projet, c’est intellectuellement enthousiasmant», explique-t-il. De fil en aiguille, il s’est aperçu qu’il y avait des alternatives «fait maison» au solutions d’autoguidage vendues dans le commerce, il a donc commencé à s’intéresser au réseau Centipède et à AgOpenGPS.
Avec un collègue agriculteur et pour un minimum d’investissement ils ont donc construit leur propre base de référence Centipède pour bénéficier d’un RTK sur leurs fermes. Jean-Marie s’est également rapproché de l’Agrilab à Beauvais qui propose un accès à leur FabLab avec tous le matériel (électronique, mécanique…) nécessaire pour de la construction. Avec leur accompagnement, il a donc construit son propre système pour un faible investissement (1 500 € pour une solution adaptée à son matériel). Son système est quasiment opérationnel, il ne lui reste plus qu’à fabriquer et installer sa couronne qui se place sous le volant. Elle permet de piloter la direction grâce à l’entraînement d’un moteur électrique, lui-même piloté par le logiciel AgOpenGPS. Sa couronne sera fabriquée par une imprimante 3D, grâce à un membre de la communauté qui lui a partagé un plan. En échange, Jean-Marie adaptera le plan pour son tracteur et mettra le fichier informatique à disposition des autres membres de la communauté qui pourront l’utiliser s’ils possèdent le même modèle de tracteur smdrr.
Ce système d’autoguidage, en plus de lui offrir une correction au centimètre grâce au réseau Centipède - un RTK qu’il n’aura plus à payer tous les ans - lui permet d’être indépendant et d’effectuer les améliorations et réparations lui-même à toute heure. «Il faut, en revanche, compter 40 à 80 heures de travail pour fabriquer son propre système et il est nécessaire d’avoir envie de comprendre et plonger le nez dans l’électronique et l’informatique.» Un temps qui, pour lui, est rentabilisé financièrement et lui apporte un enrichissement intellectuel.
La Chambre d’agriculture de la Somme propose quant à elle, une formation «Comment fabriquer son propre système de guidage» pour avoir les clés pour démarrer la fabrication de son autoguidage.

Vous pouvez réserver dès maintenant votre place auprès de la Chambre d’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous