L'Action Agricole Picarde 14 mai 2018 à 06h00 | Par AAP

Comment bien choisir votre utilitaire ?

Une décision importante, car autant qu’un autre véhicule, votre utilitaire est un outil de travail qui vous fera gagner un temps précieux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © D. R.


Praticité, confort, sécurité et fiabilité. Telles sont les qualités d’un bon utilitaire, adapté à un usage professionnel. «
Il faut un modèle simple, rustique qui ne tombe pas facilement en panne», conseille Jean-Claude Platon, conseiller machinisme à la FDCuma de l’Aveyron. Pas facile de s’y retrouver parmi tous les véhicules existants. «Les gammes utilitaires sont très vastes, avec de nombreuses possibilités d’aménagement, car il faut pouvoir répondre à tous les besoins et à tous les critères métiers», reconnaît Olivier Gallic, de Ford. Pour un bon choix, la première étape est de bien identifier vos besoins. Les constructeurs déclinent leurs modèles en plusieurs motorisations. Roulez-vous juste autour de l’exploitation ou faites-vous des trajets plus longs (pour aller livrer vos produits chez vos clients, car vous avez un mandat professionnel régional) ?
Pour de longues distances, la motorisation doit être suffisante, ce qui sera aussi utile pour transporter des charges lourdes. Si le moteur est trop faible par rapport aux charges transportées, la consommation et les frais d’entretien augmenteront. De même, il faut avoir suffisamment de reprise pour rouler chargé et tracter une remorque. Certains modèles proposent des transmissions renforcées pour plus de solidité. Il faut aussi se pencher sur ce que l’on transporte, en poids et en conditionnement, pour déterminer la capacité de chargement nécessaire : du petit matériel, des seaux de granulés ou bien des charges lourdes ou volumineuses comme des palettes. Des rangements adaptés augmentent la sécurité et la capacité de chargement. Si vous transportez des charges, veillez à avoir des points d’ancrage et un système d’arrimage. Les tendeurs élastiques ne sont pas autorisés par le Code de la route (article R312-19) ! La charge transportable doit être cohérente avec le poids total autorisé en charge et le poids total roulant autorisé, propres à chaque modèle. Certains disposent d’un indicateur de surcharge. Si l’on doit transporter plus que la charge utile, il existe des options «charge majorée». Même chose pour le volume, avec des versions rallongées. Si vous avez besoin de tracter une remorque ou une petite bétaillère (rappel : un permis B permet de tracter une remorque jusqu’à 750 kg), il vous faudra bien sûr un crochet d’attelage, mais aussi un moteur avec une capacité de traction suffisante. La plupart des modèles ont des caisses modulables et fonctionnelles pour un usage polyvalent, avec un système de retenue des charges (cloison de séparation, système d’arrimage pour le transport de charges) et des rangements pour les outils.

Un outil de travail
Pour choisir le bon utilitaire, il faut aussi tenir compte des voies empruntées et des conditions météo. La hauteur de «garde au sol» est importante pour circuler sur des chemins, de même que la motricité renforcée pour passer sur les terrains meubles. Si vous êtes amené à emprunter des chemins particulièrement difficiles, une protection sous caisse peut éviter la casse. «Nous pouvons installer une tôle de protection sous le moteur pour le protéger des impacts, des cailloux, conseille Laurent Bizet, responsable des véhicules utilitaires Peugeot. La motricité est renforcée avec le grip control. Dans des conditions difficiles, on enclenche cette option qui, avec des pneus adaptés, apporte résistance et adhérence.» Même esprit pour la motricité renforcée Traction + chez Fiat. «Le couple passe sur la roue qui adhère le mieux, explique Yves Le Comte, directeur marketing Fiat Professional. Cela permet de rouler sur des sols boueux ou enneigés.» Sur Citroën Berlingo et Jumpy, la motricité renforcée et une garde au sol de 20 cm transforment un modèle standard en tout-terrain. De son côté, Renault propose la motricité renforcée X-track en adaptation complémentaire et bientôt de série sur les Kangoo, Trafic et Master traction.
Si vous êtes amené à rouler régulièrement en conditions difficiles, autant choisir un véhicule quatre roues motrices, comme le Transporter de Volkswagen, «un modèle quatre roues motrices qui reste léger, adapté à la montagne», souligne Philippe Jourdain, chef de service produit Volkswagen. En fin d’année, une version 4 x 4 du Renault Master propulsion sera disponible. Pour ceux qui doivent combiner conditions difficiles, besoin de traction et charges importantes à transporter, il faut regarder directement du côté des pick-up, avec des modèles particulièrement rustiques, comme l’Amorok de Volkswagen.

Bien cibler ses besoins
Les constructeurs proposent de nombreux aménagements pour répondre aux attentes des différents métiers. Comme de la pose de rangements adaptés à la transformation par un carrossier, qui part du châssis pour créer un véhicule frigorifique. Lors du choix d’un utilitaire, on peut avoir tendance à ne raisonner que sur le coût d’achat, en voulant faire des économies sur les équipements et les aménagements intérieurs. Mais un bon aménagement est aussi important qu’un autre équipement de sécurité. Des rangements adaptés font gagner du temps et de la sécurité : en cas de choc à 50 km/h, un outil de 200 g, une simple clé à molettes se transforme en projectile de 8 kg !
Si vous avez besoin d’aménagements spécifiques (caisse frigorifique, rangements pour des outils), faites-les réaliser par un aménageur professionnel agréé. La plupart des constructeurs ont des partenariats avec des aménageurs pour faciliter les installations tout en respectant le châssis. Beaucoup de véhicules utilitaires sont ainsi transformés. Mercedes-Benz estime ainsi que «la moitié des Sprinter reçoivent un aménagement réalisé par un carrossier».
Vous allez passer du temps dans ce nouveau véhicule utilitaire. Pensez à son ergonomie : confort du siège, position de conduite, accessibilité, facilité d’entretien, habitabilité. N’oubliez pas les équipements de sécurité et de confort : direction assistée, GPS, téléphone mains libres (le temps de réaction augmente de 50 % quand on téléphone), airbags. Le poids du chargement allonge la distance de freinage et modifie la tenue de route. Si vous transportez des charges lourdes, des dispositifs de freinage d’urgence, d’antiblocage des roues (ABS) et de contrôle de trajectoire (ESP) et des points d’arrimage dans la zone arrière sécuriseront vos déplacements.
Au regard du temps que vous y passerez et de la durée de vie de votre utilitaire, ne faites pas de fausses économies sur les options, souvent les mêmes que sur les véhicules particuliers (prise 12 V pour recharger votre portable, caméra de recul, porte latérale motorisée, ouverture «bras chargés»). Si elles grèvent le budget, certaines options rendent service au quotidien, comme l’aide au stationnement en marche arrière avec remorque proposée sur le Crafter de Volkswagen.
Vos choix techniques faits, il vous faudra décider, à modèles similaires, entre plusieurs marques. Le prix et les propositions de financement pèseront dans la balance, comme le coût d’entretien, le service après-vente (prêt d’un véhicule de remplacement en cas de panne) et les garanties. Ne négligez pas l’importance d’avoir à proximité un concessionnaire pour faciliter l’entretien et la réparation, ainsi que l’accès aux pièces de rechange. Il ne vous reste plus qu’à faire des essais et à faire jouer la concurrence.

Un marché automobile dynamique

Un véhicule utilitaire léger est destiné à transporter des marchandises, avec deux ou trois places assises. Son poids total en charge ne dépasse pas les 3,5 tonnes. C’est un marché plutôt porteur. Six millions d’utilitaires sillonnent l’Hexagone et leur nombre augmente de près de 4 % par an.
La France reste le premier marché européen avec environ 400 000 ventes annuelles (chiffres ACEA, European Automobiles Manufacturers Association). Avec le passage des moteurs à la norme Euro 6 (qui limite les émissions de rejets polluants), les ventes ont été soutenues en 2016. Les marques françaises représentent 64,5 % du marché 2016 : Renault Dacia et PSA s’échangent régulièrement les 1re et 2e places du podium avec chacun plus de 30 % de parts de marché. Le Renault Kangoo reste l’utilitaire le plus vendu en France. Si les utilitaires ont un plus long cycle de vie que les véhicules particuliers, les constructeurs les relookent et leur ajoutent régulièrement de nouvelles fonctionnalités.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui