L'Action Agricole Picarde 11 juin 2018 à 06h00 | Par Cyrielle Delisle

Comment bien entretenir les sols de son bâtiment ?

Un bon entretien des sols où circulent les vaches laitières est indispensable pour qu’elles puissent exprimer leur comportement naturel et pour faciliter la propreté de leurs pieds.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Quelle que soit la qualité du raclage quotidien, un nettoyage en profondeur est à envisager annuellement pour parfaire l’hygiène des sols.
Quelle que soit la qualité du raclage quotidien, un nettoyage en profondeur est à envisager annuellement pour parfaire l’hygiène des sols. - © V. Rychembusch


L’entretien des sols où circulent les vaches laitières est essentiel pour un déplacement aisé et une propreté optimum des animaux, mais également pour limiter les émissions d’ammoniac. Pour ce faire, il est nécessaire d’enlever les déjections le plus souvent et le plus complètement possible au niveau des couloirs de circulation, des passages de logettes et de l’aire d’attente.

«Les couloirs de circulation dans une stabulation représentent, à eux seuls, près de 70 % de la surface de l’aire de vie des animaux. Leur entretien est donc capital. Les éléments qui favorisent des aires propres portent à la fois sur les moyens utilisés pour le raclage et leur performance, ainsi que sur la fréquence d’entretien (en lien avec la nature des déjections et donc avec le matériel de raclage employé). Deux grands types d’aires d’exercice se distinguent : les aires d’exercice pleines et celles en sol ajouré», notent l’Institut de l’élevage et les Chambres d’agriculture de Bretagne et de la Manche, dans un document de synthèse visant à fournir des recommandations et des pistes de réflexion pour optimiser l’entretien des sols des aires de vie des vaches laitières.

Couloirs de circulation
La bonne réalisation des sols pleins représente le premier préalable à un bon nettoyage, car cela évite les flaques, une usure prématurée et préserve le matériel de raclage. «Le mode de nettoyage choisi impacte ensuite directement la propreté des sols. En effet, sa fréquence et sa qualité sont directement liées au type de raclage», soulignent les auteurs de l’étude. Les fréquences de raclage sont ainsi plus faibles en hydraulique. En raison de l’absence de sécurité de ce type de matériel, les éleveurs ne le mettent en route que lorsqu’ils sont présents.
Le raclage tracteur a l’avantage de permettre un nettoyage efficace des aires d’exercice, de trier les déjections et d’accéder à des zones difficiles, mais les contraintes sont nombreuses, notamment de temps. Le racleur avec entraînement représente la solution la plus conventionnelle en matière d’automatisation de cette tâche. Son stationnement en extérieur est à privilégier.
Le type d’entraînement (électrique ou hydraulique) est à choisir en fonction des contraintes de chacun telles que celle liée, par exemple, au type de déjections à racler ou à la fréquence de raclage souhaitée. Le modèle de rabot (droit, U ou V) doit également tenir compte du type de déjections à racler. L’hydrocurage est une technique alternative au nettoyage mécanique. La propreté des sols et l’absence de contact abrasif représentent ses deux points forts. En revanche, l’humidité permanente des sols, la glissance potentielle en période froide et le retour d’humidité dans le bâtiment sont ses principaux inconvénients.
«La mise en place d’un raclage des caillebotis est observée dans la majorité des élevages afin d’améliorer la propreté des vaches. Il peut être mécanique ou robotisé. Le premier permet d’avoir une bonne propreté des couloirs, mais ne permet pas le nettoyage des passages entre logettes. Le second rend possible un passage sélectif selon les zones

Passages de logettes et aire d’attente
Les tapis améliorent le confort de locomotion des vaches. L’efficacité de leur raclage est satisfaisante en système fumier. En système lisier, par rapport à un sol béton plein classique, il n’y a pas de grosse différence. «Cependant, il est important de vérifier la compatibilité du racleur avec les tapis.» Les passages de logettes, les aires d’attente, les couloirs de retour et de tri sont des zones où l’entretien ne doit pas être oublié, même si parfois sa mécanisation est difficile à mettre en œuvre.
«Pour faciliter l’entretien des sols, il convient d’en tenir compte dans l’élaboration du projet bâtiment. L’organisation intérieur de la stabulation (positionnement abreuvoirs, régularité sols finis, présence ou non de marches, de pente de murets, emplacement des différents équipements) doit limiter les zones nécessitant un entretien manuel

En savoir plus

L’Institut de l’élevage, les Chambres d’agriculture de Bretagne et de la Manche ont rédigé un document de synthèse sur la propreté des sols des bâtiments pour vaches laitières. Il est le fruit des travaux menés dans le cadre du projet SOLVL (financements Casdar). Il dresse un état des lieux des pratiques relatives à l’entretien des sols des stabulations pour vaches laitières. Des préconisations et des pistes d’amélioration y sont proposées à la lumière d’un travail d’enquêtes et de mesures effectuées dans plus de six cents élevages. Sont ainsi passés en revue différentes techniques et divers matériels de raclage classiques ou innovants, mais aussi des pratiques d’entretien d’éleveurs
www.idele.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui