L'Action Agricole Picarde 05 avril 2018 à 06h00 | Par Marie-Astrid Batut

Congrès : perspectives et rétrospectives de la FNSEA

La FNSEA a profité de son congrès, qui s’est déroulé à Tours du 27 au 29 mars, pour présenter aux mille congressistes les actions menées durant cette année et ses projets pour l’avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christiane Lambert, Stéphane Travert et Jérôme Despey, le 29 mars, au 72e congrès de la FNSEA, à Tours.
Christiane Lambert, Stéphane Travert et Jérôme Despey, le 29 mars, au 72e congrès de la FNSEA, à Tours. - © D. R.

«Nous avons du pain sur la planche, mais nous ne renoncerons pas. Nous continuerons à nous battre», a affirmé Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, avant de présenter le rapport d’activité de la FNSEA, lors du 72e congrès du syndicat, qui s’est déroulé à Tours du 27 au 29 mars. La première année pour l’équipe dirigeante de la FNSEA, élue il y a un an au congrès de Brest.

Le secrétaire général a rappelé que le contexte économique était pesant, avec des prévisions du chiffre d’affaires de la Ferme France, pour 2017, qui sont mauvaises, faisant suite à une baisse de 7 % entre 2015 et 2016. Cette première année a été marquée par de nombreux travaux, notamment en raison de la tenue des Etats généraux de l’alimentation (EGA), dont le premier chantier était consacré à la répartition de valeur, un des thèmes de campagne de l’équipe élue l’an dernier.

Serge Papin, président directeur général de Système U, qui, en dépit de l’attentat survenu dans un magasin Super-U la semaine précédente, avait maintenu sa venue, estime que les EGA ont permis une prise de conscience intéressante qui part du consommateur. La loi alimentation, qui découle des travaux des EGA, sera présentée à l’Assemblée nationale fin mai. Serge Papin rappelle qu’il n’y a aucune raison pour que les matières premières agricoles ne soient pas rémunérées au juste prix en France.

Le projet de loi inclut notamment le relèvement du seuil de revente à perte (SRP), la limitation des promotions abusives, la lutte contre les prix abusivement bas et la prise en compte des coûts de production pour la construction des prix agricoles. Lors de son discours, le 29 mars, Stéphane Travert a annoncé que ce nouveau cadre devrait s’appliquer dès l’automne.

EGA et plan loup

Aux distributeurs, qui «s’inquiètent» de ce projet, il a redit que la hausse du SRP, la fin des promotions abusives, vont entraîner des hausses de marge et de chiffre d’affaires pour eux. «Il n’y a aucune fatalité à ce que ces hausses se traduisent par une augmentation globale des prix pour le consommateur», insiste-t-il.

Le deuxième chantier des EGA a aussi mobilisé le syndicat. Il a répondu aux attentes sociétales envers l’agriculture en proposant le contrat de solutions, avec plus de trente-cinq organisations, afin de rassembler les initiatives qui permettent de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires.

Mais les Etats généraux n’ont pas été la seule actualité à rythmer l’année syndicale. La prédation a aussi mobilisé les équipes du syndicat en région et à Paris. Pour manifester contre le plan loup, une manifestation avait notamment été organisée devant Matignon en décembre. Ce plan ne satisfait pas, en effet, la FNSEA, qui estime qu’il ne protège pas la ruralité et les éleveurs.

Dans son discours de clôture, Christiane Lambert a évoqué la volonté du gouvernement de réintroduire deux ourses dans les Pyrénées. Une initiative qui déplaît à la présidente de la FNSEA. «Entre prédateurs et éleveurs, il faut choisir», a-t-elle assuré, sous les applaudissements des congressistes.

ZDS : «des critères incompréhensibles»

Le dévoilement de la nouvelle carte des zones défavorisées simples (ZDS) a également fait réagir le monde agricole. Le président de l’UDSEA Indre et Loire, Dominique Malagu, estime que, dans son département, cette nouvelle carte va avoir des conséquences importantes sur la viabilité des exploitations. Pour Christiane Lambert, les critères d’exclusions et d’inclusions des zones sont incompréhensibles. «Je ne peux passer sous silence le «trou» de 853 millions d’euros de l’ICHN, qui vous ont conduit à opérer un transfert supplémentaire du 1er au 2nd pilier», a-t-elle déclaré. Se voulant rassurant, le ministre de l’Agriculture s’est dit opposé à de nouveaux transferts.

Les conditions climatiques et la lutte contre les aléas ont également été des sujets de préoccupation pour la FNSEA. Fin 2017, «Omnibus» a doté l’Europe d’une nouvelle palette d’outils pour permettre aux agriculteurs de se prémunir contre les aléas climatiques. Evoquant l’avenir de la politique agricole commune, la présidente de la FNSEA estime qu’il est possible de repenser un projet agricole européen autour de trois axes : compétitivité, durabilité et résilience. Stéphane Travert a affirmé la volonté du gouvernement de préserver le budget de la Pac et de s’opposer au cofinancement des paiements directs.

Durant les diverses interventions, le numérique et le digital, mais aussi la compétitivité ont également été évoqués. Sur tous les sujets, la FNSEA a présenté les actions menées, mais surtout ses perspectives pour l’avenir, mettant ainsi en avant sa volonté d’être un syndicat en mouvement et porteur de solutions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui