L'Action Agricole Picarde 15 mai 2014 à 11h00 | Par Marie Deshayes

Développement économique - Un micro-abattoir et un atelier de découpe vont voir le jour à Flixecourt

160 éleveurs ont participé à la réunion de présentation du projet de mise en service d’un micro-abattoir et d’un atelier de découpe dans la Somme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Salle comble à Oisemont pour la réunion de présentation du projet de micro abattoir. La souscription est lancée pour constituer l’association qui pilotera le futur outil, dont l’équilibre de fonctionnement est cohérent avec les besoins locaux.
Salle comble à Oisemont pour la réunion de présentation du projet de micro abattoir. La souscription est lancée pour constituer l’association qui pilotera le futur outil, dont l’équilibre de fonctionnement est cohérent avec les besoins locaux. - © AAP

 

Le 6 mai dernier à Oisemont, 160 éleveurs ont participé à la présentation des résultats de l’étude de faisabilité d’un micro-abattoir et d’un atelier de découpe à Flixecourt. Cette étude, commandée par la Chambre d’agriculture avec le soutien du Conseil général de la Somme, propose aux éleveurs une solution pour soutenir et dynamiser la filière viande locale. «Les éleveurs sont de plus en plus sollicités pour vendre en circuit de proximité que ce soit en direct avec les particuliers ou avec les collectivités pour l’élaboration des repas des restaurations scolaires. Aujourd'hui, prés de 90 éleveurs de la Somme réalisent de la vente directe, et de nombreux autres s’engager. Cependant, la fragilité de la filière ne permet pas de développer sereinement le marché de valorisation de la viande dans les circuits de proximité», analyse Daniel Roguet, Président de la Chambre d’agriculture de la Somme.

Un gisement identifié de près de 600 tonnes
L’enquête réalisée a permis de recueillir les manifestations d'intérêt de 96 éleveurs et 6 bouchers. Ces professionnels représentent une quantité de 552 tonnes équivalent carcasse. L’étude technico-économique s’est donc basée sur une quantité de 600 tonnes au démarrage, pour un optimum de 800 tonnes à 5 ans, sur la base d’un développement qu'apporte la mise en place d'un tel outil structurant.

Un projet d’abattoir de 800 tonnes adossé d’un atelier de découpe et de transformation
«Le projet est de construire un bâtiment de 1 731 m² incluant un abattoir d’animaux de boucherie, un atelier de découpe avec un atelier charcuterie / steak haché et une cuisine chaude. L’objectif est que les éleveurs aient accès à un service complet sur un seul site», présente François Paoli, gérant de Séfial Process, cabinet qui a réalisé l’étude. Avec un investissement estimé à 3 601 k€ et 12 salariés, le projet atteint son équilibre économique dès la seconde année de fonctionnement. «Pour réussir, le projet nécessite un engagement fort des éleveurs qui doivent réunir un capital de 680 000 euros (environ 1000€ la tonne) et apporter un volume de carcasse minimum» précise François Paoli.

Création d’une association composée d’éleveurs pour piloter le projet
Dès lors, la mise en route passe par la création d’une association d’éleveurs qui assurera pilotage et gouvernance du projet. «Le développement de la valeur ajoutée des productions de la Somme nécessite la présence d’outils structurant sur le territoire. Leur maîtrise par les agriculteurs est une condition de succès pour favoriser le développement, la pérennité des exploitations et l'installation des jeunes. Pour avancer dans ce projet de micro-abattoir et d’atelier de découpe, je propose donc aux éleveurs intéressés de se rassembler en une association qui pilotera le projet» conclut Daniel Roguet.
Cette association est ouverte à l'ensemble des agriculteurs engagés dans la vente directe de viande avec des petits ou gros tonnages, aux éleveurs abattant pour l'autoconsommation ainsi qu'aux bouchers souhaitant renouer avec des traditions de «bouchers abatteurs». Une opportunité que les éleveurs ont saisit, puisque près de éleveurs se sont déjà inscrits pour adhérer à l’association !
Pour toute information ou adhésion à l’association, contactez Marie Deshayes - Chambre d’agriculture de la Somme (tél 03 22 33 69 75 - m.deshayes@somme.chambagri.fr)

 

TEMOIGNAGES

Christian Manable, Président du Conseil général de la Somme

«Attentif à l’évolution de l’élevage et au développement des circuits de proximité, le Conseil général de la Somme apport depuis le début son soutien à ce projet. Il offre en effet aux éleveurs la possibilité de construire ensemble les outils structurants de demain».

Daniel Roguet, Président de la Chambre d’agriculture de la Somme
«Le projet de micro-abattoir proposé aujourd’hui, fait suite à une étude réalisée par le étude réalisée par le cabinet Séfial*, c’est l’aboutissement d’un an et demi de réflexion. Nous continuerons de soutenir ce projet, mais c’est maintenant aux éleveurs de se mobiliser pour la construction d’un outil structurant permettant de garder une économie forte !»
* Etude confinancée par la Chambre d’agriculture et le Conseil général de la Somme.

Mathieu Devienne, Président de l’Aevie et éleveur à Gouy-l’Hôpital
«Depuis le démarrage de la réflexion, notre leitmotiv est de proposer un outil offrant un service tout compris aux éleveurs : logistique, abattage, découpe, transformation, livraison. Aujourd’hui, le modèle proposé a toutes les caractèristiques nécessaires pour répondre d’une manière simple aux besoins des éleveurs et des acheteurs».

Régis Brunet, éleveur à Cayeux-sur-Mer
«Aujourd’hui, la vente en proximité représente une valeur ajoutée indispensable à l’équilibre économique de mon exploitation. Cet outil est une nécessité pour pérenniser mon entreprise. Je suis très satisfait de l’étude qui a été réalisée. Elle montre un réel potentiel de viande à découper sur le terrain et une véritable faisabilité économique. La balle est maintenant dans le camp de l’ensemble des éleveurs».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture de Picardie

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui