L'Action Agricole Picarde 14 août 2018 à 06h00 | Par AAP

Elevage : une diminution globale de 40 % d’utilisation d’antibiotiques

L’observatoire pérenne des usages d’antibiotiques en production veaux de boucherie, mis en place en 2015, livre ses premiers résultats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le niveau d’exposition des veaux aux antibiotiques est passé de 5,74 en 2013 à 3,41 en 2016-2017, soit une baisse 
significative de 40 %.
Le niveau d’exposition des veaux aux antibiotiques est passé de 5,74 en 2013 à 3,41 en 2016-2017, soit une baisse significative de 40 %. - © pierre cronenberg

Mis en place par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) - ANMV (Agence nationale du médicament vétérinaire) et l’Institut de l’élevage, à la demande d’Interbev veaux en 2015, l’observatoire pérenne des usages d’antibiotiques en production de veaux de boucherie, fait état, en 2016, d’une réduction globale de 40 % de leur utilisation dans les élevages, par rapport à 2013.
«L’observatoire est constitué de quarante élevages représentant 15 000 places de veaux élevés dans des systèmes de production représentatifs des pratiques d’alimentation et de logement observées au niveau national. Il repose sur une collaboration active des éleveurs, des firmes intégratives, des groupements de producteurs et des vétérinaires, avec l’appui des techniciens des chambres d’agriculture. Le niveau d’exposition des veaux aux antibiotiques est ainsi passé de 5,74 en 2013 à 3,41 en 2016-2017», explique un communiqué d’Interbev.

Rigueur
La diminution du recours aux antibiotiques découle de plusieurs leviers, comme en témoigne Arnaud Haquin, éleveur de 543 veaux, dans les Côtes d’Armor, depuis 2007. «Rigueur, observation et individualisation des traitements représentent un premier levier. Je dispose en effet d’un système DAL, qui me laisse davantage de temps pour surveiller mes veaux. Je connais, par ailleurs, la quantité de lait exacte consommée par chacun d’entre eux, ce qui me permet, dès que j’ai un doute sur la santé d’un animal, de vérifier ce paramètre. En fonction de la vitesse de buvée et de la prise de température, je juge s’il est nécessaire ou non d’intervenir. Le traitement antibiotique n’est pas systématique. Je travaille également en étroite collaboration avec mon vétérinaire et mon technicien», souligne l’éleveur.
Autre facteur de réussite pour l’exploitant : la maîtrise de la ventilation et la prise en compte des consignes de biosécurité (pédiluves à l’entrée de chaque bâtiment, blouse propre pour les personnes extérieures, nettoyage des bottes avant de pénétrer dans les salles…). «La maîtrise de l’ambiance est essentielle. Les grands volumes limitent les contaminations. Au final, j’utilise peu de produits pharmaceutiques. Au démarrage, je mets du kaolin dans le lait pour éviter les diarrhées. La réduction de l’usage des antibiotiques n’a, par ailleurs, pas engendré une plus forte mortalité, ni même un surplus de travail. Le plus dur est de changer ses habitudes», observe Arnaud Haquin.

Perspectives
«Après une première étape et des engagements qui ont porté leurs fruits, les objectifs de la filière veaux, décrits dans son plan de filière des Etats généraux de l’alimentation, reposeront désormais sur cinq axes. Le premier concerne la formation des éleveurs aux bonnes pratiques d’usages limités des antibiotiques : un module spécifique de deux jours leur sera proposé à partir de septembre 2018. Leur accès aux nouvelles technologies, en particulier pour faciliter le suivi sanitaire individuel de chaque veau (projet de dématérialisation du carnet sanitaire, ndlr)» représentera un second point, suivi par la santé du jeune veau.
Sur ce sujet, une enquête est actuellement réalisée auprès des éleveurs naisseurs, dans le but d’identifier les leviers à activer pour que les bonnes pratiques soient adoptées à plus grande échelle. Une étude sur les circuits et les conditions de transport, de l’atelier naisseur à l’atelier d’engraissement, est également lancée.
Le quatrième axe de travail porte sur l’amélioration des bâtiments d’élevage par la maîtrise de la ventilation et le développement de nouvelles technologies pour assurer la bonne santé des veaux. Enfin, la R&D se penchera sur les mécanismes de dissémination de l’antibiorésistance afin de mieux les comprendre et sur l’identification d’alternatives disponibles.

Dates clés :

- 2013 : Interbev Veaux s’engage dans un plan ambitieux pour réduire les usages d’antibiotiques avec un état des lieux réalisé avec l’Anses.
- 2015 : la filière veaux lance une campagne de sensibilisation impliquant l’ensemble des acteurs de la filière, avec la signature de la «Charte interprofessionnelle de bonne maîtrise des traitements antibiotiques». 67 % d’éleveurs adhèrent aujourd’hui à cette démarche.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui