L'Action Agricole Picarde 15 juillet 2018 à 06h00 | Par Amandine Bonnery, Nicols Bousquet, Sandrine Regaldo (Arvalis - Institut du végétal)

Entretenir la moissonneuse-batteuse pour limiter le taux d’impuretés

Plus les grains de céréales sont secs, plus ils sont sensibles à la casse au moment de la récolte. Des réglages doux de la moissonneuse associés à d’autres pratiques sont recommandés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Réglages de base de la moissonneuse-batteuse – vitesse d’avancement de 4 à 6 km/h.  
Réglages de base de la moissonneuse-batteuse – vitesse d’avancement de 4 à 6 km/h.  - © Arvalis - Institut du végétal



La moissonneuse-batteuse doit être réglée avec soin afin de préserver le grain au maximum et de limiter le taux d’impuretés. Si les impuretés contenues dans les récoltes sont trop nombreuses, cela peut diminuer le poids spécifique (PS) estimé, avec un impact direct sur le prix de vente. Que ce soit en blé dur ou en blé tendre, chaque débouché a ses normes et contraintes spécifiques, mais les exigences sont toutes orientées dans la même direction : préserver l’intégrité du grain et obtenir des grains propres. En blé tendre standard, les contrats de vente prévoient 4 % de grains brisés,
2 % de grains germés et 2 % d’impuretés.
Ces impuretés peuvent être de diverses natures : grains cassés, grains germés, grains abîmés (colorés, échaudés, attaqués par des insectes, cariés, mouchetés, etc.), grains exogènes (issus d’autres espèces adventices présentes sur la parcelle) et autres impuretés (cailloux, terre, paille, etc.).
Avec les températures de ces derniers jours, une attention particulière doit être portée au réglage des moissonneuses et aux conditions de récolte pour limiter la casse des grains, particulièrement en blé dur dont le grain est plus fragile.
Les plaques d’ébarbage doivent être démontées car elles rendent le battage trop agressif. Les releveurs d’épis (ils seront souvent nécessaires cette année) doivent être bien alignés, en nombre limité (un tous les trois doigts) et en bon état, pour assurer une reprise régulière. La vitesse des rabatteurs est toujours légèrement supérieure à l’avancement. L’orientation des dents est à régler pour qu’elles accompagnent la végétation et s’effacent devant la vis de reprise. La vis de reprise sera réglée à 10-12 mm du fond de coupe à droite et à gauche.

Quel type de serrage ?
Le système batteur/contre-batteur permet de séparer les grains et la paille. Pour cela, ces éléments doivent être convergents, c’est-à-dire plus étroits à l’arrière qu’à l’avant, pour permettre l’entrée de l’épi dans le système et la sortie des grains uniquement. Pour le batteur de type conventionnel, le serrage optimum batteur/contre-batteur est de 12 mm à l’avant pour 7 mm à l’arrière. Le contrôle se fait au niveau de la deuxième contre-batte avant et de la deuxième contre-batte arrière, de chaque côté de la machine.
Pour le batteur de type «axial», l’écartement optimum est de 4 à 6 mm entre les battes et le point le plus bas du contre-batteur.
Cependant, dans le cas de récolte où le poids de mille grains est faible, il sera indispensable de resserrer l’écartement batteur/contre-batteur à 10 mm à l’avant et 5 mm à l’arrière, et 3 mm sur machine de type axial. A l’inverse, en présence de grains fusariés (petits et atrophiés par la maladie), il est intéressant de ne pas trop serrer le batteur pour éliminer d’office une grande partie de ces grains.
C’est le réglage qui a le plus d’incidence sur le taux de grains cassés. La vitesse tangentielle optimale du batteur doit être de 20 m/s, ce qui correspond à 630 tours/min pour un batteur au diamètre de 60 cm, ou 850 tours/min pour un batteur au diamètre de 45 cm. Jouer sur la ventilation et l’ouverture des grilles pour affiner le triage. L’orientation et le débit de la ventilation peuvent être ajustés en fonction de la taille et du poids des grains.
L’ouverture de la grille supérieure ne doit pas être trop grande, afin de limiter le transfert de grains non-battus dans la trémie. Celle de la grille inférieure doit être plus réduite pour permettre d’affiner le triage.
Certaines erreurs fréquentes de réglage sont à éviter : ne pas vérifier les réglages, ni les adapter au cours de journée, imposer un régime batteur trop élevé (grain «trop propre») et laisser un écart batteur/contre-batteur trop faible. Les réglages sont donc à raisonner selon les conditions des récoltes, la maturité du grain et l’état des pailles.
Enfin, il est préférable d’éviter de récolter aux heures les plus chaudes de la journée lorsque le grain est très sec, notamment le blé dur qui est l’espèce la plus sensible à la casse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui