L'Action Agricole Picarde 09 mars 2018 à 06h00 | Par Anne-Sophie Colart, Thierry Denis, Elodie Gagliardi (Arvalis – Nord-Pas-de-Calais-Picardie)

Etat des cultures sortie d’hiver et gestion de la fertilisation

Début de campagne 2018 très pluvieux, l’opposé de 2017.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Arvalis

Depuis les semis, l’année se caractérise par des cumuls de pluie importants, et particulièrement intenses depuis la mi-décembre jusqu’à la mi-février. En moyenne, les cumuls sont de l’ordre 20 % à 50 % supérieurs à la médiane pluriannuelle, s’étalant de 300 à 500 mm selon les secteurs géographiques. L’ouest des Hauts-de-France est déjà à plus de 400 mm cumulés !

Après la douceur du début d’hiver, vague de froid en février
Après une phase douce depuis les semis et une quasi absence de début d’hiver, les céréales implantées tôt se sont développées très fortement. L’arrivée du froid depuis début février a stoppé l’avancée des cultures. Sur le graphique ci-contre, le cumul de l’année (violet) rejoint maintenant celui de la médiane (rose). Par conséquent, les stades «épi 1 cm» prévus initialement en avance, reviennent à la normale, c’est-à-dire pour la région de fin mars au 10 avril. Rappelons tout de même que les dates de semis sont très étalées cette année, s’échelonnant du 25 septembre à fin décembre, ce qui explique la forte hétérogénéité de développement des parcelles.
On peut s’attendre actuellement à deux types de risque en fonction du développement de la végétation.
Les semis très précoces déjà très avancés, surtout pour les variétés redémarrant un peu trop vite, risquent d’être exposés à des dégâts de gel ces derniers jours. Les symptômes pourront s’observer rapidement dès la semaine prochaine, mais il faut aussi rappeler que même des parcelles totalement défoliées peuvent repartir et être productives, tant que les racines et les méristèmes ne sont pas atteints… (diagnostic à suivre).
Les semis tardifs de la mi-novembre ont, quant à eux, souffert d’excès d’eau et sont souvent replaqués. Les cultures risquent de rester en situation d’hypoxie jusqu’à l’arrivée d’une franche amélioration météorologique, avec des systèmes racinaires pénalisés. Il est, par ailleurs, nécessaire de s’assurer que les parcelles souffrant d’excès d’eau ne présentent pas d’accident de structure : si les sols sont compactés, les cultures rencontreront encore plus de difficulté à correctement s’installer.

Quelle gestion de la fertilisation pour la reprise de végétation ?
Avec les cumuls d’eau exceptionnels, le lessivage a été important et les reliquats sont logiquement parmi les plus faibles enregistrés depuis longtemps. Alors qu’en 2017 les reliquats pouvaient dépasser les 100 unités, cette année, ils oscillent entre 30 et 50 unités avec moins d’hétérogénéité entre précédents que d’habitude. On peut donc s’attendre à certains conseils de doses d’azote élevés. La fertilisation (azotée et soufrée) doit être ajustée : les excès d’eau ont lessivé le profil et les plantes présentent sûrement des racines peu fonctionnelles. Il est donc nécessaire de combler les besoins, mais ceux-ci vont rester faibles dans un premier temps, car les plantes vont présenter de faibles croissances instantanées, et donc des CAU (Coefficient apparent d’utilisation) des engrais faibles. Le «biberonnage» est donc de mise pour accompagner les cultures, tout en préservant les ressources pour la montaison, stade critique du rattrapage des cultures.
Pour les parcelles bien installées, les premiers apports d’azote nécessaires, cette année, devront être faits dès le retour des conditions climatiques favorables, a priori la semaine prochaine. Une dose moyenne de 40 unités devrait suffire jusqu’au stade «épi 1 cm» prévu fin mars.
Sur les parcelles mal implantées, les besoins sont probablement plus importants, mais compte tenu des risques de mauvaise valorisation, il serait pertinent, surtout si le stade «épi 1 cm» n’apparaît pas avant le 10 ou le 15 avril, de ne pas dépasser 40 à 50 unités d’un coup, quitte à repasser d’ici une quinzaine de jours.

Et le soufre ?
Au même titre que l’azote, le soufre est un élément très lessivable. Les dernières années d’essais ont mis en évidence de plus en plus de gain de rendement lié au soufre dans les parcelles de la région. Il est conseillé de réaliser un apport de soufre si, par ailleurs, il n’y a pas d’apports réguliers de matière organique sur la parcelle. Rappelons que le besoin en soufre est de 0,55 unité par quintal de blé produit. L’utilisation de la grille de préconisation de soufre est particulièrement intéressante cette année, au vu des cumuls de pluie enregistrés.

- © Arvalis

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui