L'Action Agricole Picarde 30 mai 2013 à 10h21 | Par Marion Martin

Génétique - Gènes Diffusion : des techniques au service des éleveurs

Une centaine de personnes ont participé à l’assemblée de section de Gènes Diffusion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Fison PP: le premier taureau homozygote sans cornes mis en marché par la coopérative.
Fison PP: le premier taureau homozygote sans cornes mis en marché par la coopérative. - © AAP

Mardi 28 mai dernier, Gènes Diffusion a tenu son assemblée générale pour le groupe Val de Somme à la salle des fêtes d’Hallencourt le 28 mai dernier. Une centaine d'éleveurs étaient présents. Le conseil d’administration est d'abord revenu sur les moments forts de l’année 2013. Citons notamment le lancement de la Vel Box en races laitières, un détecteur de vêlage fabriqué et conçu par Gènes Diffusion, et la mise en marché du premier taureau homozygote sans cornes  Fison PP. Le groupe réalise désormais des formations dans les lycées agricoles sur la génomique et la reproduction, domaines mal connus des jeunes. Cinq écoles ont déjà demandé à bénéficier de ces modules. L’entreprise de sélection a également été marquée en 2012 par le départ inattendu et soudain d’Elitest le 28 septembre.

Monitoring, génotypage
Ayant une activité majoritaire en bovin, Gènes diffusion développe également ses activités porcines et équines aussi bien en France qu’à l’étranger. L’entreprise de sélection se consolide à l’international : des Etats-Unis à la Hongrie, en passant par le Brésil, l’Argentine, l’Allemagne ou encore l’Espagne.
Cette réunion a été également l'occasion d'exposer les nouvelles technologies de la reproduction et de la sélection développées par Gènes Diffusion afin de répondre aux problèmes actuels en élevage. Le monitoring, tel que Heat Box ou Vel Box, permet de pallier au manque de temps des éleveurs. Les problèmes de renouvellement du troupeau peuvent être en partie résolus grâce aux paillettes sexées, assurant facilement le renouvellement des femelles. Gènes Diffusion continue à travailler avec l’université de Lille sur ces paillettes qui ont 90% de réussite. Objectif : une technique plus productive, moins pénalisante par rapport à la fécondité et moins coûteuse pour l’éleveur.
Autre technologie innovante : le génotypage qui permet de détecter les réformes. Celui-ci se fait grâce à des prélèvements de sang ou de cartilage. Cela permet d’optimiser la conduite d’élevage en mesurant le potentiel de l’animal. Gènes diffusion travaille à ce que le génotypage puisse se faire grâce à des prélèvements de poils, ce qui permettra à l’éleveur de se débrouiller seul, sans l’intervention d’un technicien.
Ces différentes technologies sont une avancée très importante en génétique. Elles ont l’avantage d’accompagner l’éleveur dans ses choix de conduite du troupeau, mais elles ont aussi un coût non négligeable que la coopérative essaye de réduire au maximum.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui