L'Action Agricole Picarde 16 mars 2017 à 08h00 | Par Florence Guilhem

«Hauts-de-France propres» : opération grand nettoyage de la nature

Les 18 et 19 mars, la Région organise avec les Fédérations des chasseurs et de pêche une opération de ramassage des déchets sur les bords des routes et des cours d’eau des Hauts-de-France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus de six cents points de ramassage sont programmés dans les Hauts-de-France.
Plus de six cents points de ramassage sont programmés dans les Hauts-de-France. - © Philippe Dapvril - Région Hauts-de-France


Si «la nature fait bien les choses», dit le proverbe, l’homme, lui, en revanche, fait bien mal à son égard. On ne compte plus les détritus dans nos villes, au bord des cours d’eau, dans les fleuves et les mers. Au point que la pollution plastique dans nos océans est en train de créer un septième continent. Aussi, appeler à contrôler ses déchets et être plus respectueux à l’égard de la nature relèvent-ils d’une urgence.

Une urgence bien comprise des chasseurs et des pêcheurs, principaux utilisateurs et sentinelles de la nature, qui ont initié, dans la Somme, en 2012, l’opération «Som’Propre» pour collecter, le temps d’une journée, les déchets abandonnés aux abords des cours d’eau et des routes, en ville, comme à la campagne. Le concept et le succès de l’opération, reconduite dans la Somme à trois reprises, a convaincu la nouvelle Région. Celle-ci a donc demandé aux fédérations des chasseurs et de pêche des cinq départements de s’unir pour porter ensemble une même opération, le temps d’un week-end.

Une première en région
Pour la première fois, l’opération va donc se décliner sur le territoire régional. «C’est une première pour nous, reconnaît Willy Schraen, président de la Fédération régionale des chasseurs des Hauts-de-France. Au travers de ces deux journées, notre objectif est de ramasser le maximum de déchets et de faire prendre conscience du temps qu’il faut à la nature pour détruire nos déchets.» S’il n’existe pas en France une opération de telle ampleur, le président souhaite tout mettre en œuvre pour que celle-ci se déroule sur l’ensemble du territoire national. Et de proposer de faire de ces deux jours une grande fête nationale de la nature. L’idée est lancée. Pour l’heure, les «troupes» s’organisent dans les Hauts-de-France en vue de l’opération de nettoyage de la nature, qui se déroulera ce week-end.
De nombreuses réunions pilotées par les fédérations des chasseurs et de pêche ont déjà eu lieu pour organiser la collecte des déchets. Collectivités locales, établissements scolaires, associations de toutes sortes ont aussi mis la main à la pâte pour mettre au point les collectes. Tous les détails ont été réglés : date, lieu de rendez-vous, mise à disposition du matériel, protocole de ramassage… Plus de six cents points de ramassage sont enregistrés aujourd’hui dans les Hauts-de-France pour le week-end du 18 et 19 mars. Toute personne est la bienvenue.

Comment participer à un ramassage ?
Pour connaître les points de ramassage près de chez vous, la Région a mis en place une carte interactive sur le site Internet www.hautsdefrance-propres.fr. En un clic, vous aurez toutes les informations nécessaires pour pouvoir participer à la collecte des déchets. Sinon, vous pouvez contacter directement la Fédération des chasseurs de votre département. Quelques consignes de sécurité sont à respecter. Le port du gilet orange est obligatoire. De même, il est interdit de ramasser les seringues ou autre aiguille. La collecte des déchets est assurée par les structures intercommunales en charge de la gestion des déchets ou par le Département, comme dans la Somme.
Une opération qui ne doit pas faire oublier que «nettoyer la nature, ce devrait être tous les jours», rappelle le président du Conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand. Et d’inciter chacun à une prise de conscience et à une action citoyenne. Une prise de conscience ? Tel a été le cas sur les berges de la Somme, à Abbeville, à la suite de l’opération de nettoyage menée l’an dernier par le lycée agricole de cette ville. «Nous avons voulu renvoyer cette année nos élèves au même endroit, mais quand nous nous y sommes revenus, il n’y avait rien à ramasser. Ce qui prouve que l’opération a porté ses fruits», dit le directeur du lycée agricole d’Abbeville. Puis un autre représentant de l’Education nationale de proposer d’impliquer tous les établissements scolaires à partir de 2018 à travers une opération scolaire précédant le week-end de nettoyage. «Nettoyer c’est très bien, dit-il, mais, avant de salir, il faut apprendre à protéger la nature.»

__________________________________________________________________________________________

«Rendre à la nature ce qu’elle nous donne»

INTERVIEW


Retour sur la création de l’opération «Som’Propre», avec son initiateur, Yves Butel, président de la Fédération des chasseurs de la Somme.


Comment vous est venue l’idée de cette opération ?
Quand on réalisait des comptages pour la chasse, on voyait des milliers de canettes sur les routes. En tant que chasseurs, on se sert de la nature. Aussi ai-je tenu à rendre à la nature ce qu’elle nous donne. C’est ainsi que nous avons lancé, en 2012, la première opération «Som’Pro­­­pre». La nature, c’est un bien commun. En organisant une telle opération, notre volonté était de donner aussi un signal fort pour faire prendre conscience que ce bien commun ne doit pas être souillé. Notre cause est donc de rendre la nature plus propre.

Quels ont été les résultats ?
Plus de 10 000 personnes ont participé aux 341 points de ramassage qui avaient été prévus en 2012. Et ce sont 270 695 kg de déchets qui ont été ramassés. L’opération a été un véritable succès. Nous l’avons donc réitérée l’année suivante. Là, ce sont plus de 12 000 personnes qui ont participé sur 432 points de ramassage. Et 221 000 kg de déchets ont été collectés. Les deux années suivantes, nous avons organisé l’opération «Som’Fleurs» en perspective du centenaire de la Bataille de la Somme. Nous n’avons donc pas  re­lancé l’opération «Som’Propre» qu’en 2016. Pour cette édition, ce sont près de 11 000 volontaires qui sont venus sur les 497 points de ramassage. Au total, ils ont collecté 194 671 kg. Ce travail n’aurait pas pu être réalisé sans la participation des communautés de communes et du Département.

A-t-il été facile de passer à l’échelle régionale, comme le voulait le président du Conseil régional ?
Si pour la fédération samarienne, déjà rompue à l’exercice, l’organisation n’a pas posé de problème, l’Aisne, l’Oise et le Nord ont peiné quelque peu pour bâtir leurs opérations. En revanche, dans le Pas-de-Calais, ça a roulé sans problème. Il faut reconnaître que l’on a manqué de temps pour organiser l’opération à l’échelle régionale. L’an prochain, ce sera plus chiadé.
Propos recueillis par F. G.


«Hauts-de-France propres» : quelques rendez-vous

- Dans la Somme, 330 points de ramassage sont enregistrés. Les volontaires pourront participer notamment aux ramassages organisés par l’établissement pour l’insertion dans l’emploi des jeunes en échec scolaire (Epide) de Doullens. Rendez-vous le 18 mars, à 9h, rue du Commandant unique. Lors de la dernière édition de «Som’Propre», plus de trois tonnes de déchets avaient été ramassées par les jeunes de cet établissement. A Montdidier, c’est l’office de tourisme qui vous donne rendez-vous, le 18 mars, à 10h, sur le parking de Trinoval. Parmi les volontaires, une cinquantaine de touristes sont déjà attendus pour participer au nettoyage de la commune.


- Dans le Pas-de-Calais, plus de 150 points de ramassage ont été enregistrés. Les ramasseurs volontaires sont, par exemple, invités le 18 mars, à 9h, rue du Pré communal, à Ambleuteuse, au Parc naturel régional Caps et Marais d’opale. L’opération se déroulera en bordure de la RNR du Pré communal d’Ambleuteuse.

- Dans le Nord, plus de quarante points de ramassage ont été enregistrés. Parmi les rendez-vous, les habitants pourront se retrouver, par exemple, le 19 mars, à 9h30, à Aniche, sur le parking du lycée, ou même jour, même heure, à Monchecourt, devant la mairie.

- Dans l’Aisne, plus de quarante points de ramassage ont été enregistrés. Parmi eux, les coureurs à pied de l’association Trail Runner Foundation seront une trentaine au départ, le 19 mars, à 8h45, pour courir accompagnés de leurs chiens, avant de nettoyer le site prestigieux des Roches de l’Ermitage, dans la grande forêt domaniale de Saint-Gobain.

- Dans l’Oise, plus de trente points de ramassage ont été enregistrés. Parmi eux, la société de vénerie, avec la collaboration des équipages de l’Oise, organise un ramassage en forêt de Compiègne, le 19 mars. Le départ est prévu à 9h30, à la Maison forestière des Vineux, avec l’équipage de la Futaie des Amis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui