L'Action Agricole Picarde 02 octobre 2019 à 19h00 | Par Vincent Fermon

La cession d’Herta toujours en discussion

L’usine Herta basée à Saint-Pol-sur-Ternoise (62) est concernée par la volonté de Nestlé de se débarrasser de son activité charcuterie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À St-Pol-sur-Ternoise, les usines Bigard et Herta sont voisines. Le signe d’un rapprochement ?
À St-Pol-sur-Ternoise, les usines Bigard et Herta sont voisines. Le signe d’un rapprochement ? - © V. F.

Depuis le 14 février 2019 et l’annonce du groupe Nestlé de sa volonté de se séparer de ses activités de charcuterie via sa filiale Herta, les choses ne semblent pas avoir vraiment changé. Seulement, pour le géant mondial de l’agroalimentaire, le temps s’est accéléré et la cession d’Herta serait devenue plus urgente, notamment en raison de l’envolée des prix du porc consécutive à la crise de la peste porcine en Asie. Quelques jours plus tôt (20 septembre), Arnaud de Belloy, PDG d’Herta France, annonçait qu’il fallait s’attendre à une hausse du prix du «jambon et des saucisses de 5 à 15 %» pour les mêmes raisons. L’usine de Saint-Pol-sur-Ternoise est l’une des deux unités de fabrication de charcuterie de la marque Herta dont Nestlé cherche à se séparer. Il conserverait en revanche les branches «produits végétariens» et «pâtes à dérouler», jugées plus rentables.

Une offre de 300 millions d’euros
Selon le journal Les Echos du 24 septembre, un seul candidat à la reprise d’Herta se serait manifesté jusqu’à présent. Il s’agit du groupe Bigard, déjà implanté dans les Hauts-de-France avec quatre unités d’abattage - Feignies (59), Formerie (60), Flixecourt (80), Saint-Pol-sur-Ternoise (62) -, et voisin immédiat de l’usine saint-poloise d’Herta. Mais toujours d’après le journal Les Echos, l’offre de reprise d’un montant de 300 millions d’euros par Bigard aurait été jugée «insuffisante» par Nestlé ; lequel espère un montant compris entre 400 et 500 millions d’euros. Bigard disposerait de son côté encore d’une vingtaine de jours pour formuler une nouvelle offre.  
Le géant suisse de l’agroalimentaire «se donne encore trois mois pour prendre une décision», autrement dit, «avant Noël».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui