L'Action Agricole Picarde 29 mai 2019 à 17h00 | Par Florence Guilhem

La CGB présente son plan de reprise des sucreries

Le 27 mai, le syndicat betteravier (CGB) a choisi Eppeville, lieu symbolique s’il en est, pour donner les détails du plan de reprise des usines que Südzucker souhaite fermer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De g. à dr. : Gwenaël Elies, consultant expert finance ; Patrice Saintherant, consultant expert industrie, Pierre Rayé, directeur général de la CGB ; David Brunel, président de la commission interpro d’Eppeville ; Dominique Fievez, président CGB 80.
De g. à dr. : Gwenaël Elies, consultant expert finance ; Patrice Saintherant, consultant expert industrie, Pierre Rayé, directeur général de la CGB ; David Brunel, président de la commission interpro d’Eppeville ; Dominique Fievez, président CGB 80. - © F. G.



Qu’à cela ne tienne ! Même si le groupe Südzucker a déclaré, le 23 mai, dans un communiqué, qu’il refusait de vendre aux betteraviers les usines sucrières d’Eppeville et de Cagny, et qu’il n’a pas encore répondu à la demande de la CGB d’un nouveau rendez-vous, le syndicat betteravier a décidé de tenir son cap. A Cagny, puis à Eppeville, il a donc présenté son plan de reprise des sucreries de ces deux sites.

Et s’il persiste et signe, c’est parce qu’il veut à tout prix «maintenir le potentiel betteravier de la région, garder une diversité d’assolement et une culture à forte valeur ajoutée, ainsi qu’un débouché pour l’élevage avec les pulpes, et les emplois dans la région», insiste Pierre Rayé, directeur général de la CGB, qui avait fait, pour l’occasion, le déplacement de Paris. Aussi un plan de reprise a-t-il été élaboré avec des experts en interne et en externe pour définir le business plan.

Le plan de reprise
Le coût de la reprise est estimé à 30 millions d’euros. Tel est le montant qui a été proposé à Südzucker. Côté investissements, pour remettre à niveau les outils industriels laissés en déshérence par l’industriel, 93 millions d’euros seraient nécessaires. Qui pourrait financer ? Un tiers du bilan total initial devrait être constitué par des fonds propres apportés par les planteurs. Le niveau d’investissement a été calculé à hauteur de 10 à 15 €/t de betteraves à 16°.
La Région et les salariés de ces usines pourraient aussi apporter leur pécule, ainsi que d’autres investisseurs, mais de façon minoritaire, l’outil devant rester entre les mains des planteurs. «On peut y arriver, car l’offre de reprise à Südzucker fait sens pour les actionnaires, mais encore faut-il qu’ils ouvrent la porte pour en discuter», reconnaît Pierre Rayé.
Sur le plan juridique, la structure retenue serait une coopérative avec un conseil d’administration pour chaque usine. L’outil industriel resterait au niveau de la coopérative locale. Le tout serait chapeauté par un regroupement en union de coopératives. En termes de contrôle, il reviendrait au conseil d’administration, doté de trois comités spécialisés : stratégie, audit et rémunération. Pour éviter tout problème de gouvernance, des expertises extérieures interviendront dans l’administration de la coopérative. L’union des coopératives permettrait, enfin, de mutualiser certains services tels que la direction, la commercialisation et les finances. Le chiffre d’affaires est estimé autour de 200 millions d’euros et l’effectif autour de 230 employés.

Le volet industriel et le volet commercial
Le plan se décline en deux volets : un volet industriel et un volet commercial, s’inscrivant tous deux dans une logique de filière. Pour ce qui est du volet industriel, «les deux usines sont de taille moyenne, avec des durées de campagne longues autour de cent trente jours, parfaitement adaptées au contexte sucrier européen», rappelle Patrice Saintherant, consultant en expertise industrielle dans la branche sucre, avant d’entrer dans le vif du sujet. Si les usines n’ont pas non plus à rougir du tonnage des betteraves traitées par an (cf. encadré) au vu de la moyenne nationale (223 000 t), elles pèchent cependant par un sous-investissement chronique et un manque d’entretien. Conséquence : pour les remettre à niveau et en conformité, un plan pluriannuel de 93 millions d’euros, échelonné sur sept ans, est nécessaire pour les deux usines, incluant la rénovation des équipements.
Pour ce qui est du volet commercial, «l’hypothèse retenue pour le prix du sucre dans le business plan est de 353 €/t  en minorant le marché français et en majorant le marché mondial», indique Gwenaël Elies, consultant en expertise finance dans la branche sucre. Et parce que la prudence est mère de sûreté, la répartition des ventes retenue sur-pondère les destinations à moindre marge (l’Europe du Sud et l’export sur le marché mondial). Ainsi, sur le marché français, qui représenterait que 40 % des ventes, le prix de vente moyen à la tonne serait de 380 €, celui du marché de l’Europe du Sud (30 % des ventes) serait à 365 €, et celui de l’export hors Union européenne (30 % des ventes) à 306 € entre 2020 et 2025. A noter que la commercialisation serait externalisée à des professionnels du marché, autrement dit, confiée à un tiers existant, «pour éviter les risques d’exécution», indique l’expert.
Quant à la contractualisation des betteraves, une formule simple à été retenue pour le calcul du prix : 44 % du prix du sucre attribués aux planteurs et 56 % de ce prix à l’usine. La contractualisation se veut transparente pour que le planteur puisse gérer son risque en direct ou le confier à d’autres. S’ajouteraient la marge pulpe et la distribution du résultat.
Pour pouvoir passer du scénario au «tournage», il faut cependant que ces sites soient vendus et que les planteurs suivent. Autre dilemme : si les banques se montrent intéressées, il faudra leur présenter un audit industriel et des comptes certifiés. «Autrement dit, il faudra que Südzucker ouvre ses livres de comptes», conclut Pierre Rayé. Ce qui est une autre paire de manches…

Cagny

- 1 050 planteurs
- 15 000 ha
- 14,3 ha de surface moyenne
- 90,4 t de betteraves à 16°/ha pour le rendement
- 200 000 t de sucre par an

Eppeville

- 1 300 planteurs
- 20 000 ha
- 15,7 ha de surface moyenne
- 88,4 t de betteraves à 16°/ha pour le rendement
- 233 000 t de sucre par an

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui