L'Action Agricole Picarde 27 décembre 2017 à 08h00 | Par Alix

La viande à l’origine d’un dimorphisme sexuel entre homme et femme

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les femmes seraient plus petites que les hommes (dimorphisme sexuel) car ces derniers auraient gardé le monopole d’accès à la viande depuis le paléolithique, telle est la théorie sur laquelle revient le média Russia Today (RT) le 22 décembre. Cette théorie est défendue par une chercheuse du CNRS, Priscille Touraille qui en a fait sa thèse en 2005, sous la direction de Françoise Héritier, célèbre ethnologue et anthropologue, décédée en 2017. La consommation de protéine est effectivement cruciale pour les femmes surtout avec la grossesse et l’allaitement. RT rapporte que cette thèse est largement contredite par une cohorte de scientifiques dont Michel Raymond, directeur de recherche au CNRS : «Lorsque les mâles se battent pour accéder aux femelles, cela favorise des mâles de plus grande taille, et cela conduit à des mâles généralement plus grands que les femelles. Cela peut être renforcé par le choix des femelles, qui préfèrent alors des mâles plus grands.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes