L'Action Agricole Picarde 08 juillet 2019 à 09h00 | Par AAP

Le CGAAER suggère de réserver les aides aux abattoirs utilisant la vidéosurveillance

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans un rapport publié le 4 juillet (mais finalisé en novembre 2018), le CGAAER (ministère de l'Agriculture) liste les «conditions d'un déploiement efficace» de la vidéosurveillance en abattoir. La loi Egalim prévoit une expérimentation de ce dispositif pendant deux ans. Pour généraliser ces essais, le CGAAER propose de «prioriser ou conditionner les aides financières accordées aux abatteurs à l'engagement d'une démarche globale d’amélioration de la protection animale», incluant la vidéosurveillance. Pour le CGAAER, le décret d'application encadrant la vidéosurveillance devra contenir au moins les points suivants : les caméras doivent fournir «à tout moment des images claires et complètes dans tous les lieux où sont présents des animaux vivants» (notamment étourdissement, accrochage et saignée); les images doivent être conservées «pendant au moins vingt et un jours»; le dispositif doit respecter le RGPD (notamment les «modalités d'information des salariés et la consultation des instances représentatives») ; et enfin les services de contrôle doivent pouvoir accéder aux images «en tout temps», «avec pouvoir de copie et de saisie».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui