L'Action Agricole Picarde 27 juillet 2017 à 08h00 | Par Jean Pauget (Arvalis - Institut du végétal)

Le déchaumage : une opération pour gérer l’interculture

La réduction des interventions de travail du sol est désormais une préoccupation constante. Pourtant le déchaumage conserve ses lettres de noblesse et sa raison d’être.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les objectifs du déchaumage sont multiples : faciliter la décomposition des résidus de récolte ; contribuer à la lutte contre les limaces et les adventices ; et faciliter le semis des cultures suivantes intermédiaires ou principales.
Les objectifs du déchaumage sont multiples : faciliter la décomposition des résidus de récolte ; contribuer à la lutte contre les limaces et les adventices ; et faciliter le semis des cultures suivantes intermédiaires ou principales. - © Vincent Marmuse / CAIA

Les objectifs du déchaumage sont multiples : faciliter la décomposition des résidus de récolte ; contribuer à la lutte contre les limaces et les adventices ; et faciliter le semis des cultures suivantes intermédiaires ou principales. Le déchaumage a plusieurs fonctions que les habitudes de travail font souvent oublier. Il permet de réduire le stock d’adventices par l’action de faux-semis, mais aussi d’améliorer la décomposition des résidus de récolte par leur incorporation dans le sol.
Il facilite également la réalisation des opérations culturales suivantes par le nivellement du sol et l’émiettement de surface, particulièrement utiles en techniques sans labour. Il réduit également les populations de limaces ou d’autres ravageurs du sol, dont une partie des œufs peut être détruite par déshydratation, comme d’améliorer la répartition des amendements calcaires et l’incorporation des effluents d’élevage épandus sur chaumes.
Autres actions positives : le piégeage des nitrates dans le sol par l’enfouissement de résidus pailleux et l’activation des repousses capables de consommer de l’azote à condition que ces repousses soient abondantes et homogènes, ou encore la mise en place de couverts dans le respect de la réglementation en zone vulnérable.
Un déchaumage bien fait est favorable d’un point de vue agronomique. A l’inverse, un excès de déchaumage ou un déchaumage mal contrôlé peut donner de mauvais résultats. C’est une intervention à raisonner comme les autres opérations culturales.

Au sommaire de l’article :
Le déchaumage superficiel
En cas d’adventices développées
Incorporation des résidus
Populations de limaces
Une opération à part entière

Retrouvez l’intégralité de l’article dans votre journal l’Action Agricole Picarde.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui