L'Action Agricole Picarde 15 mai 2020 à 06h00 | Par Vincent Fermon

Le retour à la case Ligue 2 pour l’Amiens SC fait du foin

La descente du club de football d’Amiens de la Ligue 1 vers la Ligue 2 prononcée avant la fin du championnat 2020 ne passe pas auprès des supporters et de ses partenaires qui se mobilisent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’avenir de l’Amiens SC en Ligue 1 reste à ce jour fortement compromis.
L’avenir de l’Amiens SC en Ligue 1 reste à ce jour fortement compromis. - © Ligue 1 Conforama

Comme de nombreux supporters de l’Amiens SC, Olivier Thibaut n’a pas hésité une seconde lorsqu’on lui a proposé de signer la pétition demandant «justice» pour son club de cœur, et la possibilité de «monter» le nombre de clubs évoluant en Ligue 1 de 20 à 22. L’agriculteur installé à Belloy-sur-Somme se présente comme supporter du club amiénois «depuis toujours». Comme beaucoup d’autres, sa ferveur envers le club  a été décuplée ce soir de mai 2017 – c’était le 19 mai –, lors du match contre Reims qui a permis au 11 amiénois d’accéder à la Ligue 1 «pour la première fois de son histoire». Depuis cette date, explique Olivier Thibaut, «nous suivons attentivement le parcours de l’équipe en championnat, nous assistons aux matchs avec parfois des joies, parfois des déceptions, mais c’est le foot et le sport en général». S’il emploie volontiers le «nous» dans son témoignage, c’est parce qu’il partage ces moments avec son fils.

Que s’est-il passé pour l’Amiens SC ?
Vrais fans ou amateurs de foot occasionnels se l’accordent : la saison 2019-2020 de l’Amiens SC en Ligue 1 n’est pas forcément à la hauteur des espérances. Mais Amiens a habitué par le passé ses supporters à jouer avec le feu et à les faire frissonner. «Déjà, rappelle Olivier Thibaut, le match qui a permis l’accession à l’échelon supérieur s’est joué suivant un scénario improbable, avec un but à la dernière seconde...» Cette année, dans l’élite du football français, Amiens peine à défendre ses chances et est à la traine dans le classement 2019-2020. Le 28 avril dernier, lorsque le Premier ministre Edouard Philippe annonce devant l’Assemblée nationale que le championnat de football «ne pourrait pas reprendre» en raison de l’épidémie de Covid-19 et de l’interdiction des rassemblements populaires, l’Amiens SC pointe à la 19e place du classement de Ligue 1 avec 23 points ; derrière lui, à la vingtième place, on retrouve le Toulouse football club (TFC) avec 13 points. Ainsi figé, le classement rend les deux clubs relégables. Le 30 avril, le conseil d’administration de la Ligue de football professionnel prend la décision que dirigeants de clubs et supporters redoutent : Amiens et Toulouse devront jouer en
Ligue 2 l’an prochain.

Le président du club amiénois dénonce une «injustice»
S’il ne remet pas en cause la décision du gouvernement d’interrompre les compétitions sportives pour raison sanitaire, le président de l’Amiens SC Football, Bernard Joannin considère en revanche comme «une injustice» la décision du conseil d’administration de la Ligue de football professionnel. Dans un courrier, puis lors de rencontres avec la presse, il regrette autant la «méthode» que la décision prise par les instances dirigeantes du football professionnel. D’autant que pour le président de l’Amiens SC, il existe des alternatives à une relégation pure et simple. L’une d’elle consisterait à élargir de 20 à 22 le nombre de clubs pouvant jouer la saison prochaine en  Ligue 1. Cette idée, défend M. Joannin, c’est celle qui a été retenue dans d’autres championnats étrangers qui ont arrêté la compétition prématurément.
Si la Ligue de football professionnel venait à accepter ce principe, ce serait une situation encore jamais vue. Mais pour l’heure, l’idée ne convainc pas une majorité d’acteurs. Plus de clubs au sein d’un même championnat signifie un alourdissement d’un calendrier que certains jugent déjà bien chargé. Mais à Amiens, on avance l’argument de la disparition de la Coupe de la Ligue. Pour le club amiénois, le maintien en Ligue 1 ou la relégation en Ligue 2 pourrait avoir des conséquences diverses. Face à la seconde hypothèse, une vague de départs pourrait en effet avoir lieu. L’autre sujet en question serait la répartition des droits TV...

Soutiens sportifs et politiques
Une pétition en ligne circule depuis quelques jours et avait déjà recueilli en milieu de semaine quelque 17 000 signatures. De nombreuses personnalités du monde du sport ont aussi apporté leur soutien à cette possibilité – Laurent Blanc, Alain Boghossian, Jean-Michel Larqué, Gérard Houllier, Rolland Courbis, Alain roche, Antoine Kombouaré –, comme des politiques au premier rang desquels des élus de la métropole amiénoise, du département de la Somme ou encore le président de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand qui appelait il y a quelques jours à ce que l’enjeu sportif dépasse l’enjeu financier. Des clubs évoluant actuellement en Ligue 1, à l’image de Montpellier ou Saint-Etienne, ont quant à eux fait savoir qu’ils refusaient l’idée d’élargir leur championnat à 22. Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais, 7e de Ligue 1, a quant à lui apporté son soutien à l’Amiens SC en se prononçant contre l’arrêt prématuré du championnat... mais reste opposé à une Ligue 1 à 22 clubs.
Sans connaître le plaisir d’une fin de saison entière, ni présager des décisions qui seront prises pour le club amiénois, Olivier Thibaut est prêt quoi qu’il arrive à retrouver son équipe depuis les tribunes la saison prochaine : «Nous continuerons à les supporter et les encourager car le foot est une passion et Amiens est notre ville».

Dans la région, des résultats satisfaisants malgré les interruptions de championnats
Malgré l’arrêt des compétitions du fait du Covid-19, plusieurs clubs représentant les Hauts-de-France peuvent se réjouir de leurs résultats obtenus cette année et nourrir de grands espoirs pour la prochaine saison sportive. Il y a quelques jours, le conseil régional des Hauts-de-France, qui soutient la pratique sportive en région, en dressait le bilan.
Dans le domaine footballistique, en dépit des difficultés rencontrées par le club amiénois, «cette saison sera belle pour le football en Hauts-de-France», constate la Région. En effet, en Ligue 2, Chambly (60) promis à la relégation par beaucoup de «spécialistes» en début de saison, a réalisé un très beau parcours en terminant à la 10e place. Valenciennes (7e) ainsi que Dunkerque (promu du niveau National) y représenteront également les Hauts-de-France. Boulogne-sur-Mer (3e de National), s’il remporte son barrage, les y rejoindra peut-être également. Au sein de l’élite, on retrouvera enfin le RC Lens, qui a acquis sa promotion après cinq saisons à l’échelon inférieur. Un «plus» évident pour l’ambiance dans les stades qui sonnera le retour des grands soirs de derbys avec le voisin lillois. Le LOSC achève sa saison à la 4e place avec, à la clé, une nouvelle qualification pour l’Europa League.  
En basket-ball, où la saison a été stoppée là aussi, il n’y aura pas de vainqueur ni de relégué. En effet, sous réserve de la validation par la Ligue Nationale de Basket, Le Portel (62) et Gravelines (59), respectivement dernier et avant-dernier, devraient sauver leur tête au sein de l’élite. Chez les femmes, le club de Villeneuve d’Ascq jouera l’Eurocup la saison prochaine.
En volley-ball, les joueurs de Tourcoing sauvent leur place dans l’élite avec une 12e place. Leurs homologues de Cambrai (CVEC) montent, emmenés par l’ex-international français Yannick Bazin. En water-polo, les Enfants de Neptune de Tourcoing terminent 3e cette saison en Pro A, et obtiennent ainsi leur billet pour la Coupe d’Europe. Chez les femmes, le LUC Natation obtient la 2e place en championnat Elite.
En rugby, les joueurs de Marcq-en-Baroeul terminent 1ers de leur championnat de Fédérale 2, ceux de Beauvais terminent 2e : les deux clubs accèdent en Fédérale 1. Les filles de Villeneuve d’Ascq (LMRCV) obtiennent quant à elle une très belle 4e place au classement Elite 1 féminine. En handball, l’équipe féminine de Saint-Amand (59) entre dans la cour des grandes ! A la deuxième place de la deuxième division au moment de l’arrêt du championnat, les handballeuses du HBCSA joueront dans l’élite du handball féminin la saison prochaine. Chez les hommes, l’USDK(Dunkerque) termine 7e de l’élite. Sport plutôt méconnu, le rink-hockey a son chef de file dans la région avec le SCRA de Saint-Omer qui a terminé la saison de N1-Elite en tête. Avec zéro défaites en 15 journées, le club audomarois obtient le 9e titre de champion de France de son histoire. Enfin, en hockey-sur-glace, les Hauts-de-France comptent un représentant de haut niveau avec les Gothiques d’Amiens qui ont obtenu cette saison une belle 4e place au classement de la Ligue Magnus, et ont réussi l’exploit de remporter la coupe de France pour la deuxième année consécutive.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui