L'Action Agricole Picarde 11 février 2020 à 06h00 | Par Martin Lenne (Avenir conseil élevage)

Le salariat pour s’ouvrir et respirer

La main-d’œuvre est devenue en quelques années une préoccupation vitale pour beaucoup d’élevages laitiers. En parallèle de la nécessité de faire face au volume de travail à réaliser cet aspect «quantitatif», les éleveurs sont aussi à la recherche d’une meilleure qualité de vie. L’embauche de salariés est l’une des pistes évoquées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après le départ en retraite de ses parents, Jean-Michel Fournier a misé sur le salariat pour l’épauler. © D. R. Les tableaux d’information sont des outils précieux pour la bonne transmission des consignes. © D. R. Le management des salariés est avant tout une histoire de communication. © D. R.



À Béthencourt-sur-Mer (80), Jean-Michel Fournier a fait le choix de recruter pour faire face à la charge de travail. Au moment de son installation en Gaec avec ses parents en 2013, la structure comptait déjà un salarié. Son départ en 2017, puis la retraite de ses parents en 2018 et 2019, ont conduit l’éleveur à réfléchir sur les orientations à prendre en matière de charge de travail et de main-d’œuvre disponible. «Mon objectif a toujours été de conserver l’atelier lait. J’ai rapidement écarté la possibilité de m’associer avec quelqu’un d’autre. Avec mes parents, cela s’est très bien passé parce qu’on avait la même vision. Retrouver quelqu’un qui soit complémentaire et en accord avec ma vision me paraissait compliqué et j’avais envie de conserver la prise de décision sur mon exploitation.»
Deuxième piste envisagée : la robotisation. À ce propos, Jean-Michel précise : «le coût de deux robots et leur maintenance est sensiblement équivalent à l’embauche d’un salarié. La différence, selon moi, c’est qu’un salarié est plus polyvalent.»  De plus, travailler avec un salarié apporte une certaine souplesse permettant à l’éleveur de s’absenter plus facilement à des fins professionnelles (réunions, formations, engagements…) et privées.

Savoir recruter
Recruter n’est pas chose aisée, d’autant plus que ce n’est pas un exercice courant pour un agriculteur. La première étape a consisté à rédiger l’annonce : «Sur l’annonce, je n’ai pas indiqué de niveau d’expérience pour ne pas freiner les candidatures et, à la réflexion, je crois que c’est plus simple d’accueillir un salarié inexpérimenté pour le former à mon mode de fonctionnement.». L’offre a été diffusée sur des sites de petites annonces, par des partenaires et les écoles agricoles à proximité. Après un entretien d’embauche, l’éleveur invite le salarié à participer à une journée de découverte. Cette initiative permet aux deux parties de se faire une idée plus précise avant de s’engager. L’éleveur peut évaluer la motivation du candidat et ses capacités. Et le candidat peut percevoir si son futur quotidien correspond à ses aspirations.

Veiller au confort des salariés
Outils de travail adaptés et en bon état et conditions d’accueil confortables sont les deux premiers ingrédients du bien-être des salariés. «Je fais attention à ne pas leur réserver que les tâches ingrates et à leur fournir du matériel fonctionnel. J’ai aussi fait de petits aménagements, comme un parking pour garer les voitures ou un vestiaire, et prochainement, je souhaite créer un espace pour qu’ils puissent se retrouver pour déjeuner.»

Veiller à communiquer et impliquer
Le management est, avant tout, une histoire de communication et d’implication des salariés. «Tous les matins, après la traite, nous prenons un café ensemble. C’est l’occasion d’échanger sur le travail, mais aussi de discuter d’autre chose pour mieux se connaître et instaurer un climat de confiance entre nous. En complément, nous nous retrouvons toujours en fin de semaine, avant le week-end, pour planifier les événements importants de la semaine suivante.» Ce mode de fonctionnement permet à chacun d’être informé, de s’exprimer et, finalement, de se sentir impliqué dans son travail. «Je n’hésite pas à leur demander leur avis, même si, à la fin, c’est moi qui suis seul à décider. Par exemple, j’ai récemment changé le télescopique. Après avoir sélectionné un modèle, j’ai demandé à Louis, qui s’en sert régulièrement, d’aller voir le matériel sur une foire agricole pour qu’il me donne son avis. J’ai aussi mis à leur disposition l’application Synel sur leur téléphone. Ils ne peuvent pas enregistrer, mais ils peuvent consulter les dates de vêlages et toutes les autres informations du troupeau.»

Veiller à former
Si embaucher un candidat inexpérimenté présente l’avantage de le manager plus facilement, il faut cependant prendre le temps de le former. Pour cela, l’éleveur n’hésite pas à faire participer les salariés à des échanges techniques, «Récemment, Avenir conseil élevage est intervenu pour réaliser une assistance traite. J’ai souhaité la présence de tout le monde pour que chacun comprenne l’intérêt de la technique qui sera mise en place (...) Un bon salarié fait un patron satisfait, mais sans bons patrons, pas de bons salariés !»,
conclut Jean-Michel. Cette formule démontre à quel point le salariat peut être une réelle source de bien-être pour l’éleveur, mais cela montre aussi que cette solution demande implication et compétences. Pour cela, des formations existent, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de vos partenaires.


- © AAP

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui