L'Action Agricole Picarde 15 décembre 2016 à 08h00 | Par Michel Wibart

Les agriculteurs sèment de l’herbe devant la Draaf des Hauts-de-France !

Une vingtaine d’agriculteurs se sont retrouvés le 14 décembre devant la Draaf, à Amiens, afin de protester contre la mesure de réimplantation des prairies permanentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les agriculteurs, ici Françoise Crété et Luc Vermersch sèment du ray-grass devant la Draaf.
Les agriculteurs, ici Françoise Crété et Luc Vermersch sèment du ray-grass devant la Draaf. - © AAP


La terre était-elle amoureuse au petit matin lorsque les agriculteurs en ont déversé 15 à 20 tonnes sur l’allée en pavés autobloquants menant à la Draaf, avant de réimplanter symboliquement environ un are de prairie permanente ? En tout cas, ce n’est pas le grand amour entre les agriculteurs et l’administration.

«Aucun dialogue n’est possible sur ce sujet avec les technocrates du ministère de l’Agriculture», affirme Simon Catteau, secrétaire général adjoint de la FDSEA de la Somme, qui organisait cette manifestation avec Bruno Macron, président des JA, et Edouard Brunet, secrétaire général des JA. Et d’évoquer les aberrations de cette mesure et les conséquences pour les agriculteurs concernés.

On n’en peut plus !
Une délégation menée par Françoise Creté, présidente de la FDSEA, s’est ensuite rendue dans les locaux de la Draaf pour rencontrer son directeur, François Bon­net. Celui-ci, accompagné d’Em­manuelle Clomes, chef du SRPE qui pilote les politiques nationales et communautaires en ma­tière agricole, a semblé sensible aux arguments développés, la contestation du taux, sa méthode de calcul opaque, mais surtout l’absence de considération pour la recherche de valeur ajoutée par les éleveurs.
C’est un véritable ras-le-bol qu’a exprimé sur un autre sujet Luc Vermersch, président de la section Grandes cultures, prenant l’exem­ple d’un «doublon» qu’on lui demande de corriger. «Un are dans mon cas, ce sont 5 cm sur la longueur de ma parcelle !»
Suite à la demande de la profession, un rendez-vous a été pris en urgence avec le préfet de Région, ce même jour. Le but était d’obtenir des éclaircissements sur le calcul du ratio. L’administration régionale n’ayant pas de données supplémentaires, une contre-expertise sera demandée par le préfet au ministre de l’Agriculture pour la semaine prochaine. D’ici là, la signature de l’arrêté préfectoral est suspendu, ainsi que l’envoi des courriers aux agriculteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui