L'Action Agricole Picarde 26 janvier 2018 à 01h00 | Par Alix Penichou

Les Bodin’s au Zénith d’Amiens… à guichet «fermier» !

Les Bodin’s et leur ferme délirante investissent le Zénith d’Amiens ces 26, 27 et 28 janvier. Le spectacle affiche complet, mais difficile de ne pas parler de l’événement au succès vachement fou !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 © D. R.  © D. R.  © D. R.  © D. R.  © D. R.  © D. R.  © D. R.

«Toutes les dates de la tournée 2018 affichent complet». Ce message, sur le répondeur de la prod’ des Bodin’s en dit long sur leur succès. Les Bodin’s ? Ce sont les personnages de paysans loufoques qui ont rendu célèbres Vincent Dubois et Jean-Christian Fraiscinet, stars discrètes, mais comblées. Car les humoristes campagnards cartonnent. Impossible de décrocher une interview de ces auteurs, metteurs en scène et comédiens, «tellement leur emploi du temps est chargé», explique leur attaché presse.
Pour leur passage au Zénith d’Amiens, ces 26, 27 et 28 janvier, les places des «Bodin’s Grandeur Nature» se sont vendues en quelques heures. Les détenteurs du précieux billet participeront donc à deux heures de rire, promettent les chanceux qui ont pu les voir, devant une scène transformée en ferme, avec poules, âne, lapins, cochon, chien, paille…

Maria la roublarde, Christian le naïf
Un convoi de plus de dix semi-remorques est nécessaire pour transporter l’exploitation de Maria Bodin, une vieille fermière roublarde et autoritaire de quatre-vingt sept ans, et de son fils Christian, un vieux garçon débonnaire et naïf de cinquante ans. Les Bodin’s donnent la réplique à six autres comédiens (le facteur, la maréchaussée, le contrôleur vétérinaire et surtout Julie, leur petite nièce de la ville). Au programme : machines infernales, effets spéciaux, eau, feu, flammes, odeurs... Et blagues bien burlesques.
Dans ce spectacle, Julie, jeune parisienne délurée, qui fait les quatre cents coups et le désespoir de ses parents, est placée pendant les grandes vacances chez des cousins éloignés, au cœur de la France profonde : la famille Bodin. Au milieu de leurs bestiaux, dans leur ferme, les Bodin’s n’ont pas l’intention de se laisser marcher sur les charentaises par cette effrontée venue de la capitale…
Voilà treize ans maintenant que le phénomène fait mouche, d’abord en plein air, en Touraine, d’où est originaire Vincent Dubois, puis, depuis septembre 2015, dans tous les zéniths de France. On n’a plus qu’à croiser les doigts pour qu’un désistement nous permette de décrocher notre ticket ce week-end… Ou d’attendre patiemment la tournée 2019.

«On cultive Ch’betterav’ bien sûr ! Parce qu’on met toujours 
du suc’ dans ch’café.»
«On cultive Ch’betterav’ bien sûr ! Parce qu’on met toujours du suc’ dans ch’café.» - © D. R.

Vraie-fausse interview des Bodin’s

Puisque les Bodin’s sont débordés par le travail à la ferme et leurs disputes incessantes, nous avons imaginé pour eux qu’ils étaient des agriculteurs des Hauts-de-France. Fausse immersion dans leur fausse ch’ti vie !

Quelles sont les activités de votre exploitation ?
Ch’betterav’ bien sûr ! Parce que nous, on met toujours du suc’ dans ch’café et qu’on est heureux de savoir qu’il vient de chez nous. Et puis, comme on aime les bêtes, on élève des charolaises, une race bien d’ichi. Rien de tel qu’un bon steak bien saignant pour un bon repas en famille, bien saignant lui aussi !

Quels sont vos endroits préférés de la région ?
Le château de Chantilly ? Cha va pas la tête, on n’est pas des nobles nous. Lille, n’en parlons pas. La ville, cha nous hérisse les poils. Ch’Baie de Somme ou ch’Côte d’Opale ? On aime le suc’ on vous a dit, pas le sel. Non, nous, on aime bien Epécamps, dans la Somme. Sept habitants. Au moins là, personne ne vient nous poser des questions stupides.

De quelles spécialités êtes-vous friands ?
Enfin un sujet intéressant ! Nous on aime tout, du moment que ch’est bon. La carbonade flamande, la tarte au maroilles, la ficelle picarde, Le Potjevleesch, les chicons en gratin… Et, en dessert, la tarte au suc’ et les gaufres… Avec du suc’. Le tout arrosé d’une bière bien fraîche.

Etes-vous fans d’une célébrité des Hauts-de-France ?
Dany Boon, il est bien drôle ch’tio là ! Mais sinon, on trouve que le petit Macron débute bien sa carrière de comique lui aussi. Il paraît qu’il a organisé des Etats généraux de l’alimentation, ou un truc du genre, pour faire croire aux agriculteurs qu’ils allaient gagner leur vie. Hilarant non ? Vous nous imaginez riches, nous ?

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui