L'Action Agricole Picarde 23 décembre 2017 à 08h00 | Par Simon Playoult

Les bulles régionales en pleine effervescence

Près de 10 % du vignoble AOC Champagne se situe dans les Hauts-de-France. Une manne agricole, économique et touristique que comptent dynamiser les professionnels de la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Huit cents producteurs de champagne sont recensés dans les Hauts-de-France. © S. P. Huit cents producteurs de champagne sont recensés dans les Hauts-de-France. © S. P.

La place de la viticulture dans le paysage agricole régional est parfois sous-estimée. Les cépages sont pourtant étendus sur environ 3 300 hectares et bénéficient, comme leurs voisins des alentours d’Epernay, de l’appellation «Champagne». Les viticulteurs axonais ont entrepris de se servir de ces atouts pour stimuler l’œnotourisme, comme leurs confrères du Bordelais et d’Alsace.

A la conquête de l’international
La France et ses vins attirent des milliers de visiteurs chaque année. A cet égard, la région ne souhaite pas rester sur la touche. «Le développement du tourisme viticole fait partie de nos priorités, indique Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) de la Champagne. Nous avons une vraie marge de progrès en la matière. Notre zone de production est moins fréquentée que les autres vignobles français, mais de nombreuses initiatives commencent à émerger.»
De nombreux professionnels proposent des visites de caves ou des séjours à thèmes. La route touristique du champagne, qui relie sur 120 kilomètres quelques-uns des plus beaux villages vignerons, passe désormais par le sud de la Picardie. Elle permet de découvrir les caves locales et d’en apprécier les productions. «Il y a encore à faire, notamment pour attirer davantage de touristes britanniques, mais aussi originaires de tous les pays européens, souligne Laurent Degroote, président du Ceser Hauts-de-France. Il faut promouvoir notre savoir-faire dans l’Hexagone et à l’international. Avec la bière et le champagne, nous sommes une région pétillante.»

Viticulture durable
Toujours dans l’optique d’améliorer son image de marque, la filière s’est engagée dans une démarche volontariste dès les années 1980 pour protéger l’environnement. En 2001, elle lance le logo «Viticulture raisonnée», qui a connu un nouvel élan il y a trois ans avec la mise en place d’une certification spécifique aux typicités champenoises. «En quinze ans, l’utilisation des intrants au sein du vignoble a diminué de 50 %, assure Maxime Toubart. La totalité de nos sous-produits sont valorisés dans les domaines de l’industrie, de la cosmétique ou de l’agro-alimentaire, et certains viticulteurs pratiquent à nouveau l’enherbement des vignes.»
Les surfaces enherbées ont en effet triplé en dix ans et les contours des parcelles sont aujourd’hui végétalisés naturellement à plus de 95 %. La zone productrice est, enfin, pionnière sur le développement de la technique biologique de confusion sexuelle qui permet la quasi-suppression des traitements insecticides classiques. Cette méthode est utilisée sur 46 % des domaines de l’AOC.

Les nouvelles générations
Pour pérenniser et transmettre ses nouvelles pratiques, la filière peut compter sur le lycée agro-viticole de Crézancy (02), à dix kilomètres de Château-Thierry. L’exploitation viticole de l’établissement dispose de plus de trois hectares de vignes, d’un pressoir, d’une cuverie et d’une cave. Les élèves y produisent 27 000 bouteilles par an et apprennent toutes les étapes des travaux dans les coteaux en viticulture raisonnée ou bio, ainsi que celles de la vinification et de la champagnisation.
«Nous demandons un soutien sans faille pour ces enseignements, affirme Isaline Sanches-Régo, administratrice du SGV. Ils ont un rôle important pour la filière locale et dans l’objectif de conserver les nouvelles générations de viticulteurs dans le sud de l’Aisne.» «Nous veillerons à ce que les petits producteurs puissent exister et surtout durer dans le temps, lui répond Marie-Sophie Lesne, vice-présidente du Conseil régional des Hauts-de-France, en charge de l’agriculture. Ils détiennent tout l’héritage du passé.»
Près de 800 producteurs figurent toujours sur le zonage AOC du champagne des Hauts-de-France.

la recette
Le royal mojito

Le mojito est un cocktail à la mode. Voici une idée de recette pour le décliner lors des fêtes de fin d’année avec du champagne de la région.
Ingrédients (pour 6 personnes) :
- 6 cl de rhum cubain
- 1/2 citron vert
- 2 cl de sirop de sucre de canne
- 4 feuilles de menthe
- Du champagne «made in Hauts-de-France».

Réalisation 
Faire le mélange directement dans le verre.
Ecraser un demi-citron vert avec du sucre dans le verre à l’aide d’un pilon.
Placer la menthe fraîche dans la préparation et piler celle-ci légèrement sans la broyer.
Remplir le verre à moitié de glace pilée et ajouter le rhum.
Mélanger et compléter avec du champagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous