L'Action Agricole Picarde 28 avril 2014 à 16h22 | Par AAP

Les dossiers avancent pour l’élevage ovin

Sur le loup comme sur la Pac, Stéphane Le Foll semble en phase avec la Fédération nationale ovine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Serge Préveraud, président de la FNO : «La réforme de la Pac est globalement favorable à l’élevage ovin».
Serge Préveraud, président de la FNO : «La réforme de la Pac est globalement favorable à l’élevage ovin». - © Laurence Geffroy


Le loup, évidemment. C’est en interpellant le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll sur les dégâts causés par les prédateurs aux troupeaux que Serge Préveraud, président de la Fédération nationale ovine (FNO), a ouvert le congrès de son organisation, le 24 avril en Arles. «C’est un appel au secours que l’on vous lance, les éleveurs sont excédés», a-t-il rappelé. Le ministre a admis que «pour le plan loup, les objectifs de prélèvement ne sont pas atteints», avec sept loups abattus sur 24 prévu. Il a affirmé préparer une réavec la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, sur le sujet. «Je préfère les éleveurs aux loups», a t-il lancé, rappelant toutefois que s’il était favorable à une renégociation de la convention de Berne et de la directive Habitat, qui protègent l’animal, il n’avait «pas la majorité pour ça au niveau européen».

Une Pac favorable aux ovins
Autre sujet de discussion, la Pac pour 2015-2020. «La réforme est globalement favorable à l’élevage ovin», s’est réjouit Serge Préveraud. Mais certains points restent à décider. La dégressivité sur le versement des aides couplées à partir d’un certain nombre d’animaux, par exemple. La FNO «n’en voulait pas» et demande qu’elle soit «légère et acceptable». Selon le ministre, elle sera «simple, permettra de concentrer les aides sur les petits troupeaux tout en étant compatible avec les grands enjeux de la filière ovine».
Cette aide pourrait être de 19 euros par animal à partir de 50, avec un nombre minimum d’agnelage. une majoration de 3 euros serait versée aux éleveurs engagés dans une contractualisation, et une prime de 6 euros serait donnée aux jeunes, aux démarches de qualité et aux élevages à productivité élevé. La dégressivité serait de 2 euros en moins au delà de 500 bêtes.

Des décisions qui se font attendre
La fusion de la prime herbagère (Phae) avec l’indemnité compensatoire de handicap naturel (Ichn) inquiète également les éleveurs ovins : ceux d’entre eux qui étaient éligibles à la Phae mais qui ne sont pas en zone défavorisée craignent de perdre des soutiens. «Il n’y aura pas de perte liée à cette fusion, ce sera compensé avec des MAE», leur a assuré le ministre.
Encore sur la Pac, les éleveurs d’ovins ne savent toujours pas comment leurs surfaces agricoles «peu productives» seront primées. Pour les parcours et les landes, par exemple, un coefficient était envisagé pour minorer les aides directes. Mais l’option semble abandonnée par le ministre, qui se dit «favorable à ce qu’il n’y ait pas de pondération». En revanche, «il faudra être clair sur la définition de ces surfaces» par rapport à la Commission européenne, a-t-il prévenu.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui