L'Action Agricole Picarde 07 mai 2020 à 06h00 | Par Vincent Fermon

Les Hauts-de-France, nouvelle terre de vignobles ?

Dix agriculteurs de l’Aisne, de la Somme et du Nord-Pas-de-Calais se lancent avec Ternoveo dans la constitution d’une filière viti-vinicole dans les Hauts-de-France. Les plantations de vignes ont débuté il y a quelques jours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La plantation des premières vignes destinées à produire du vin 100 % Hauts-de-France a débuté le 4 mai.
La plantation des premières vignes destinées à produire du vin 100 % Hauts-de-France a débuté le 4 mai. - © Pépinières Guillaume

Ils étaient – et resteront encore sans doute pendant de longues années – agriculteurs et font le pari de devenir aussi viticulteurs. Dix exploitants agricoles des Hauts-de-France sont engagés depuis quelques jours avec le négoce Ternoveo (Groupe Advitam) dans un pari un peu fou : créer une filière viticole dans une région où l’évidence de cette production ne saute pas aux yeux. Pour Xavier Harlé, le directeur général de Ternoveo, «le défi est ambitieux, mais à la hauteur des moyens que nous nous sommes donnés». En l’espace de trois semaines, 16 hectares de vignes vont être plantés. Le cépage ? Du Chardonnay. La première vendange est prévue quant à elle en 2022 pour une production estimée de 50 000 bouteilles. Pour en arriver là, Xavier Harlé est revenu le 28 avril sur les étapes qui ont précédé la plantation des premières vignes dans la région depuis le 4 mai.

Une sélection rigoureuse
La première des ces étapes a été de réunir des agriculteurs potentiellement intéressés par une diversification originale. Trois réunions d’information ont ainsi été proposées, réunissant entre cinquante et soixante-dix participants. «Nous sommes allés à la rencontre des agriculteurs et toutes les parcelles qui nous ont été proposées ne sont pas éligibles. Souvent, il s’agissait de terres trop riches», détaille M. Harlé. Pour exprimer son potentiel, la vigne apprécie plus particulièrement des terres pauvres, caillouteuses, voire d’anciennes prairies. Sitôt les parcelles pouvant accueillir de la vigne ayant été retenues, il a ensuite fallu monter un dossier administratif permettant d’obtenir un accord des Douanes ainsi qu’une autorisation de plantation auprès de FranceAgriMer. Pour rendre la démarche «crédible», Ternoveo explique s’être entouré «d’experts», pour la fourniture des plants (Pépinières Guillaume), comme pour le suivi (Cabinet Vinelys). Au sein de l’effectif de Terneveo, plusieurs techniciens se sont également spécialisés dans cette nouvelle culture.

5 000 pieds par hectare
Côté agriculteurs, chacun reste propriétaire de la parcelle sur laquelle les vignes sont plantées. L’investissement est compris entre 25 et 30 000 € par hectare. Ternoveo va de son côté investir environ 1 million d’euros sur une période de cinq ans, le plus de l’investissement étant prévu pour l’aménagement d’un chais dans la commune de Dompierre-Becquincourt (80), «dans des bâtiments existants». La mise en bouteille sera sous-traitée. Toujours à échéance cinq ans, le négoce du groupe Advitam envisage d’atteindre 200 hectares de vignes plantées dans la région Hauts-de-France. En termes agronomiques, Ternoveo mise sur «des pratiques d’agriculture durable» ; autrement dit, cela sous-entend un désherbage mécanique des parcelles, l’achat d’un pulvérisateur avec système de récupération de la bouillie... «L’objectif est de faire rentrer nos producteurs dans une certification HVE», assure M. Harlé. L’ambition est aussi de «produire un vin de qualité», avec une densité de plantation des vignes de 5 000 pieds par hectare, pour une production de raisin de 8 000 kg par hectare. Bio ou conventionnel, le directeur de Ternoveo admet ne pas avoir eu la question à se poser : «Même s’il l’on parle de réchauffement climatique, nous restons dans une région où il pleut régulièrement... Pour que ce projet soit rentable pour tous ceux qui s’y impliquent, nous devons être sûrs d’avoir une récolte suffisante chaque année. Néanmoins, ce n’est pas parce que nous sommes pas bio que nous ne cherchons pas à limiter les intrants».
Pour déguster les premières bouteilles de ce vin «made in Hauts-de-France», il faudra encore s’armer de patience. Les premières vendanges devraient avoir lieu en octobre 2022, pour une commercialisation en 2023 chez les cavistes, restaurateurs et quelques enseignes détenues par Advitam, exclusivement dans la région.

 

L'histoire du premier vigneron de la Somme est à lire ici : il vendengera pour la première fois cette année !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui