L'Action Agricole Picarde 02 mai 2019 à 06h00 | Par Anne-Sophie Colart (Arvalis - Institut du végétal

Maïs : profiter du retour des pluies pour désherber en prélevée

Depuis trois semaines, les semoirs sont de sortie et les conditions ont permis un avancement rapide des chantiers. Les prévisions de pluies de ces jours-ci devraient être propices au désherbage de prélevée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
15 à 20 mm de pluie sont les bienvenus pour sécuriser la germination et la levée des maïs, mais aussi pour permettre 
une meilleure efficacité des herbicides racinaires positionnés en prélevée.
15 à 20 mm de pluie sont les bienvenus pour sécuriser la germination et la levée des maïs, mais aussi pour permettre une meilleure efficacité des herbicides racinaires positionnés en prélevée. - © Arvalis N. Cornec



Attention toutefois aux conditions venteuses des prochains jours. Privilégiez les applications tôt le matin, mais respectez la limite de beaufort 3 (soit 19 km/h maximum). Les semis de maïs grains sont très avancés et pourraient être achevés avant les pluies attendues dans les prochains jours. Ceux de maïs fourrage sont également entamés et suivront dans la foulée au gré des épisodes pluvieux annoncés.

Si le climat est resté sec ces dernières semaines, la tendance s’est ensuite inversée avec une baisse des températures et quelques passages pluvieux. 15 à 20 mm de pluie sont les bienvenus pour sécuriser la germination et la levée des maïs, mais aussi pour permettre une meilleure efficacité des herbicides racinaires positionnés en prélevée.

Maîtriser la flore présente ou attendue
Une flore importante de graminées, une flore mixte (graminées + dicotylédones) en forte densité nécessitent un programme en deux passages associant un traitement de prélevée du maïs, puis un traitement de post-levée. Les ray-grass et vulpins résistants aux sulfonylurées obligent à se passer de cette famille herbicide, et à revenir à un traitement de prélevée à base de chloroacétamides. Une flore de dicotylédones (avec peu ou pas de graminées) peut se maîtriser en post-levée, en un ou deux passages selon le niveau d’infestation et la dynamique de levée. Ne pas oublier qu’il est fortement déconseillé de désherber un maïs pointant… (risque de manque de sélectivité).
Les applications de prélevée visent en priorité les graminées, mais aussi les véroniques, notamment lorsqu’elles sont en forte densité, dans le cadre d’un désherbage en deux passages. Elles mettent en œuvre des matières actives à pénétration racinaire (ou essentiellement racinaire). Elles seront réalisées le plus tôt possible après le semis de façon à bénéficier des conditions favorables de la préparation du lit de semences (humidité), celui-ci ne devant pas être trop motteux. L’efficacité herbicide est liée à l’état humide du sol, ainsi qu’à la pluviométrie suivant l’application : dans l’idéal 10 à 15 mm dans les dix jours post-traitement.
Face à une forte population de graminées, il est préconisé une application de post-semis/prélevée basée sur l’utilisation d’un antigraminées racinaire (Dual Gold Safeneur/Isard/Spectrum, Mercantor Gold/Juan). La dose du produit de prélevée doit être élevée pour être efficace, mais modulée en fonction du type de sol (et de la teneur en matière organique notamment).

En cas de flore complexe
En cas de flore complexe associant graminées et dicotylédones difficiles (renouée liseron, renouée des oiseaux, mercuriale), on recommande un premier passage en prélevée avec un herbicide à large spectre (Adengo Xtra/Koloss, Dakota-P, Camix). Pour améliorer l’efficacité sur les dicotylédones, il est possible d’ajouter une spécialité à base d’isoxaflutole (Merlin Flexx) ou à base de pendiméthaline (Prowl 400, Atic Aqua). Pour améliorer l’efficacité de l’Adengo Xtra sur graminées, il est possible d’ajouter un antigraminée racinaire à demi ou deux tiers de dose. A noter la bonne efficacité de la pendiméthaline sur renouée des oiseaux et sur véronique de Perse.
Le volume de bouillie peut être réduit, dans les limites permises par le matériel, en respectant la pression minimale requise pour le type de buses choisies (privilégier les buses à limitation de dérive). Les adjuvants n’ont aucun intérêt avec les produits racinaires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui