L'Action Agricole Picarde 22 octobre 2020 à 17h00 | Par Vincent Fermon

Menaces contre le patron des chasseurs : des condamnations bien en deçà des réquisitions

Les huit prévenus à qui il était reproché d'avoir adressé des insultes et menaces de mort au président de la fédération nationale des chasseurs (FNC) ont écopé d'amendes et d'une obligation de participer à un stage de citoyenneté.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Willy Schraen et son avocat lors de l'audience du 24 septembre, devant le tribunal correctionnel de Saint-Omer. Le délibéré a été rendu aujourd'hui, jeudi 22 octobre.
Willy Schraen et son avocat lors de l'audience du 24 septembre, devant le tribunal correctionnel de Saint-Omer. Le délibéré a été rendu aujourd'hui, jeudi 22 octobre. - © V.F.

C'est cet après-midi, jeudi 22 octobre, que le tribunal correctionnel de Saint-Omer a rendu son délibéré dans l'affaire opposant le président de la fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, à huit individus qui lui avaient adressé des insultes et des menaces de mort via les réseaux sociaux.

Originaires de toute la France, ces huit personnes – six hommes et deux femmes - ont été condamnées à des amendes dont le montant s'échelonne entre 300 et 820 euros, « pour préjudice moral », selon une information de nos confrères de France Bleu Nord. Trois d'entre devront également participer à un stage de citoyenneté.

Ces sanctions sont bien en deçà des réquisitions du procureur de la République de Saint-Omer, Patrick Leleu qui avait demandé des peines allant de 4 à 12 mois d'emprisonnement, dont certaines assorties d'un sursis ou ferme, lors de l'audience du 24 septembre dernier.

Des menaces de mort par écrit

Suite à une interview donnée au magazine en ligne Chassons.com le 4 mai 2020 dans laquelle Willy Schraen évoquait l'impact des chats sur la biodiversité et plus particulièrement sur les populations d'oiseaux et dans laquelle il émettait l'idée de pouvoir les réguler, le patron des chasseurs de France s'est attiré les foudres de (très) nombreux internautes. Parmi ces messages, certains ont été plus virulents que d'autres puisqu'ils contenaient des menaces de mort.

« Habitué », de son propre aveu, à faire l'objet de remarques désobligeantes, Willy Schraen avait décidé cette fois de ne pas laisser ces menaces sans réponse. Une plainte avait donc été déposée le 22 mai auprès du procureur de la République ; lequel a décidé de poursuivre huit personnes après un travail d'identification et d'enquête.

A la barre du tribunal de Saint-Omer, le 24 septembre, aucun des prévenus n'était présent. Les avocats de quatre d'entre eux avaient plaidé la relaxe.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous