L'Action Agricole Picarde 25 juillet 2019 à 10h00 | Par Réussir

Mutagénèse : l'insécurité juridique perdure, dénoncent les semenciers

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Un an après l’arrêt de la Cour de Justice de l’UE (CJUE) sur la mutagénèse le 25 juillet 2018, les semenciers restent dans l’«insécurité juridique», dénonce leur syndicat UFS, pointant une réglementation européenne devenue «obsolète». «Les entreprises semencières attendent une clarification par le Conseil d’Etat des modalités d’application de la directive européenne en droit français, d’après un communiqué. Cette situation entraine une insécurité pour le développement de l’innovation en France.»

L’UFS s’inquiète de l’impact sur la compétitivité du secteur semencier de l’arrêt de la CJUE, pour qui les plantes issues des nouvelles méthodes de sélection par mutagénèse doivent être soumises à la directive OGM. «Toute perte de compétitivité serait susceptible d’ouvrir la porte à des importations de matières premières parfois produites dans des conditions bien éloignées des standards européens et des attentes des consommateurs», met-elle en garde dans le communiqué. Et d’inviter le gouvernement à «soutenir une révision du cadre juridique européen porté par douze États membres de l’UE, dont les Pays-Bas, autre grand pays producteur de semences».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui