L'Action Agricole Picarde 14 juillet 2019 à 06h00 | Par Florence Guilhem

"Nuits de théâtre" à Saint-Valéry

La Troupe Solilès présente «Nuits de théâtre» du 16 juillet au 2 août, à l’Ecole des garçons de Saint-Valéry-sur-Somme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«Les Fables de La Fontaine». © Troupe Soliles «Hisse et Oh», spectacle musical sur la mer et les marins. © Troupe Soliles «Devos, prince des mots». © Troupe Soliles «Les Fables de La Fontaine». © Troupe Soliles «Les Fables de La Fontaine». © Troupe Soliles



«
C’est beau une ville la nuit», écrivait Richard Bohringer dans son autofiction parue en 1988. C’est beau aussi Saint-Valéry-sur-Somme, petite commune de 2 500 habitants, la nuit, et encore plus lors de ses «Nuits de théâtre», soufflées par le génie de William Shakespeare. Oui, Shakespeare en personne, ou plutôt ses œuvres, une en particulier, «La Nuit des rois», montée par la Troupe Solilès, en 2012, dans la cour médiévale de la mairie de Saint-Valéry-sur-Somme.
Six nuits magiques qui ont donné l’idée à la troupe de prolonger l’expérience et de bâtir un festival autour de plusieurs pièces et plus longtemps. Débuté dans la cour médiévale, le festival a pris ses quartiers d’été dans la chapelle Saint-Pierre, avant de poser ses valises à l’Ecole des garçons de Saint-Valéry-sur-Somme, dans le Théâtre de Poche, ouvert depuis l’an dernier. Le festival se déroule désormais sur treize soirées autour de trois spectacles de la troupe, joués en alternance.

De la mer, des hommes des animaux…
Comme toujours, et dans la pure tradition du théâtre de Jean Vilar, le festival débute par une nouvelle création, «Hisse et Oh», spectacle musical sur la mer et les marins. «Certes, nous sommes en Baie de Somme et nous célébrons sa beauté, mais ce spectacle interroge aussi sur ce qu’est la mer dans nos temps modernes, avec ses vies perdues par les migrants en Méditerranée, ainsi que la mer blessée par la pollution», détaille Yann Palheire. Si ce spectacle reste un divertissement à la manière d’un Bertolt Brecht, avec des sketchs et des chansons, il a également une portée infiniment politique, «qui n’empêche ni l’amour, ni la beauté des paysages», complète le comédien.
Autre univers, non dépourvu de messages politiques au sens noble du terme, avec «Les Fables de la Fontaine», montées en décembre dernier par la Troupe Solilès. La source de ce spectacle, conçu à partir de masques, est à chercher du côté des fables et du texte d’Esope, «Le royaume du lion». L’histoire ? Un lion qui décide de réunir tous les animaux qui ne s’entendent plus pour dépasser enfin leurs querelles. Sans nul doute, cela vous rappellera quelque chose, a minima l’histoire du genre humain plus porté sur la discorde que sur l’entente jusqu’à ce que quelques hommes de bonne volonté finissent par se retrouver autour d’une table pour en finir avec les conflits. Cette comédie familiale est accessible dès l’âge de six ans, «quand bien même elle est en alexandrin. Si nous avons fait ce choix, c’est parce que nous sommes un théâtre qui s’appuie sur la langue et que nous sommes des passeurs du langage, dans la pure tradition orale», dit l’acteur.

… aux mots
Le langage, les mots, une passion que la troupe partage avec celui qui jonglait à ravir avec eux, Raymond Devos pour ne pas le citer. Un «classique» auquel ne résiste pas la troupe depuis qu’elle s’est constituée, bien avant de poser ses valises en Baie de Somme. Créé en 2006, à la mort de l’humoriste, le spectacle «Devos prince des mots» n’a de cesse d’être rejoué par la Troupe Solilès. Si celle-ci a choisi de monter les textes de Raymond Devos sous forme de petites pièces de théâtre, ce n’est pas le fruit du hasard. «Raymond Devos a commencé par le théâtre. En faisant le choix de petites pièces de théâtre, nous souhaitions montrer toute la théâtralité des textes de cet acteur immense», indique Yann Palheire.
Les mots, le langage, une certaine idée du théâtre au plus près des territoires, c’est ce que défend la Troupe Solilès depuis ses débuts, en apportant cet art au cœur de la ruralité, en digne descendante de ses «maîtres» de théâtre, Jean Vilar et Pierre Debauche.

En pratique

- «Hisse et Oh» : 16, 17, 18, 24, 25 et 31 juillet, et 1er et 2 août, à 21h. Tarifs : plein, 16 ; réduit, 12
- «Les Fables de La Fontaine» : 22, 23, 29 et 30 juillet, à 18h. Tarifs : plein, 14 : réduit 10
- «Devos, prince des mots» : 22, 23, 29 et 30 juillet, à 21h. Tarifs : plein, 16 ; réduit, 12

L’Ecole des garçons, 62 rue Saint-Pierre, Saint-Valéry-sur-Somme
Réservations : en ligne www.latroupesoliles.fr ou par téléphone au 06 32 60 16 59

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui