L'Action Agricole Picarde 07 septembre 2018 à 06h00 | Par Laurence Sagot (Institut de l’élevage/ Ciirpo) et Stéphane Pype (CA60)

Ovins : brebis bien nourries, agneaux bien partis

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’alimentation est un moyen pour diminuer la mortalité 
des agneaux.
L’alimentation est un moyen pour diminuer la mortalité des agneaux. - © © D. R.



Les critères liés à la vigueur du nouveau-né ont été mesurés lors d’une étude réalisée au Ciirpo en 2017. Les mères de ces agneaux, tous nés doubles, étaient soit alimentées selon leurs besoins basés sur les tables Inra, soit sous-alimentées à raison de 80 % de leurs besoins énergétiques et azotés au cours des six dernières semaines de gestation. Dans la grande majorité des cas, les agnelages ont été faciles.

Toutefois, les agnelages difficiles nécessitant l’intervention de l’éleveur ont été 9 % plus fréquents pour les brebis sous-alimentées en fin de gestation. L’écart de niveau d’alimentation entre les deux lots de brebis s’est particulièrement répercuté sur les poids de portées à la naissance. Le poids d’un agneau est de 4,8 kg pour les brebis correctement alimentées contre 4,1 kg.

Des agneaux plus actifs à la naissance
Dans les cinq minutes qui suivent la naissance, près de la moitié des agneaux était debout ou bien avait essayé de se lever dans le lot de brebis bien alimentées. Cette proportion était de seulement 19 % avec des mères sous-alimentées. D’autre part, si 90 % des agneaux avaient tété tout seul dans les deux heures qui ont suivi la naissance dans le lot bien nourri, ces agneaux autonomes ne représentent que 62 % des nouveau-nés lorsque les brebis avaient eu un niveau de rationnement trop sévère.
Au final, la sous-alimentation des brebis dans les six dernières semaines de gestation s’est traduite par un taux de mortalité des agneaux avant deux jours d’âge supérieur de 6 %. Pour un élevage de 420 brebis, un écart de 3 % du taux de mortalité totale représenterait un manque à gagner de 8 € de marge brute par brebis et de 2 670 € de revenu (Source : Inosys réseaux d’élevage 2018 - simulation sur cas type 420 brebis avec agnelage de printemps). Le même essai sera réalisé en février 2019, toujours au Ciirpo, afin de conforter ces premiers résultats.

Pour en savoir plus, consulter la fiche technique : «Des brebis bien nourries, des agneaux plus vigoureux» sur www.idele.fr et www.inn-ovin.fr.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui