L'Action Agricole Picarde 03 décembre 2018 à 06h00 | Par Cyrielle Delisle

Ovins : des agneaux agro-écologiques à l'étude

Le projet Ecolagno vise à tester des pratiques de production d’agneaux intégrant les principes de l’agro-écologie. La qualité de la viande sera également appréciée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le projet Ecolagno vise à étudier l’incidence sur l’exploitation et l’acceptabilité par le consommateur d’une viande d’agneau produite selon des pratiques agro-écologiques.
Le projet Ecolagno vise à étudier l’incidence sur l’exploitation et l’acceptabilité par le consommateur d’une viande d’agneau produite selon des pratiques agro-écologiques. - © © L. Geffroy



Lancées en janvier 2016, et pour une durée de trois ans, les actions du projet Casdar Ecolagno ont pour vocation d’analyser des itinéraires techniques intégrant les principes de l’agro-écologie, afin de mieux répondre aux attentes sociétales. «
La diminution de la charge alimentaire des agneaux et une hausse du recours à la phytothérapie sont au cœur de ce programme de recherche. Son caractère innovant réside dans le choix des nouvelles conduites mises en pratique, mais aussi dans la volonté d’apprécier les qualités de la viande ainsi produite, en recueillant les avis de bouchers et de consommateurs», explique Isabelle Legrand de l’Institut de l’élevage. Trois actions y sont déclinées.
La première concerne la production d’agneaux agro-écologiques au pâturage (quatre cent quarante agneaux en essais). «L’idée est de trouver le juste milieu pour tirer parti de l’herbe (acide gras viande) en réduisant l’inconvénient du parasitisme. Les essais évalueront ainsi la finition sur dérobées en hiver ou sur luzerne sans apport de concentrés, le pâturage cellulaire, le recours aux plantes à tanins pour réduire les défauts de flaveur à l’herbe et diminuer les anthelminthiques.»
La seconde action s’attarde sur la production d’agneaux en bergerie (trois cents agneaux en essais), en se penchant sur la lactation longue avec du foin de luzerne et une céréale, ainsi que sur l’utilisation d’extraits végétaux pour améliorer l’indice de consommation.
Enfin, une enquête d’opinion auprès de distributeurs et de consommateurs sera réalisée. «Qu’apprécient-ils dans cette viande goûteuse? Que lui reprochent-ils? Le consommateur est-il prêt à payer plus cher pour une viande d’agneau produite selon des pratiques agro-écologiques, en bergerie ou à l’herbe? Pour répondre à ces questions, près de six cents consommateurs, ainsi que des jurys d’experts entraînés, ont participé à des tests de dégustation. Ces nouvelles références permettront de faire évoluer les pratiques de production et, surtout, d’envisager de nouveaux messages de communication.»

Herbe ou bergerie ?
De premiers résultats sont d’ores et déjà disponibles. Ils restent toutefois à être validés d’ici la fin du projet. Sur le site du Ciirpo, des expérimentations ont été faites sur la finition des agneaux sur dérobées au cours de l’automne/hiver 2016-2017. Un lot de quarante agneaux a été suivi en bergerie intégrale et un autre à l’herbe sans concentré. Le sevrage est intervenu à cent jours. Globalement, les agneaux ont été bien finis. Ceux à l’herbe ont tout de même des poids carcasse inférieurs, des gras plus blancs et des croissances moindres (25 %) que les agneaux de bergerie.
«Il faut donc prévoir un temps d’engraissement plus long pour les premiers. En revanche, le gain s’effectue sur la consommation de concentrés, évaluée à environ 100 kg de moins par agneau. Le temps de travail est variable selon les outils disponibles. Le niveau de chargement est de dix agneaux par hectare. L’intérêt économique est en faveur des lots dérobés», souligne Denis Gautier du Ciirpo.
Des prélèvements de viande ont, par ailleurs, été réalisés afin d’évaluer la caractérisation nutritionnelle et sensorielle des viandes. «Avec les finitions sur dérobées, on observe une amélioration du profil en acides gras (plus d’oméga 3), des côtelettes un peu plus maigres, une légère augmentation des teneurs en protéines, en fer total et en zinc, mais une légère diminution de la teneur en vitamines B12. Ces références sont en accord avec la bibliographie et à compléter avec la caractérisation sensorielle des viandes», souligne Jérôme Normand de l’Institut de l’élevage.

Approches consommateurs
Sur une partie des essais et des agneaux, plusieurs approches consommateurs ont été conduites. «Le concept de viande d’agneau agro-écologique semble bien perçu. Le consentement à payer cette viande est, par ailleurs, encourageant. Les conclusions de ces premiers essais sont à valider et à affiner par les expérimentations ultérieures afin de prendre en compte la variabilité animale, la variabilité humaine, l’évolution des comportements et goûts des consommateurs au fil du temps», précise Jérôme Normand.

Partenaires : Organismes de défense et de gestion (ODG) ou assimilés, Agneau Fermier des Pays d’Oc, association Cesar, GIE Ovins du Centre Ouest, GIE Ovins du Limousin, Inra de Theix, Ciirpo, EPLEFPA, Institut de l’élevage, Coop de France Bétail et Viande, Interbev Ovins, organisations de producteurs et abattoirs partenaires des GIE et ODG concernés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui