L'Action Agricole Picarde 11 avril 2018 à 09h00 | Par AAP

Parkinson : une étude montre l’effet des pesticides sur les riverains

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La fréquence de la maladie de Parkinson (nombre de nouveaux cas sur une population et une période donnée) est «plus élevée parmi les exploitants agricoles affiliés à la MSA que dans le reste de la population» et augmente dans la population générale «avec la proportion de la surface des cantons consacrés à l’agriculture, notamment à la viticulture», conclut une étude publiée dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire, le 10 avril, à la veille de la journée mondiale consacrée à cette maladie. Le risque de maladie de Parkinson serait ainsi «plus élevé de l’ordre de 10 % chez les agriculteurs», rapporte l’éditorial. En population générale, l’association la plus forte a été trouvée avec la viticulture où l’incidence de la maladie serait «plus élevée de 10 % par rapport aux cantons sans viticulture», mais des «associations positives» ont également été trouvées pour les cultures permanentes (pépinières ou arbres fruitiers) et l’élevage caprins. Si les conclusions des auteurs se confirment «le nombre de cas de maladie de Parkinson attribuables aux pesticides pourrait être plus élevé que si seule l’exposition professionnelle était impliquée», indique le bulletin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes