L'Action Agricole Picarde 02 avril 2018 à 06h00 | Par Chloé Keromnes

Phytosanitaires : la difficile sortie du glyphosate

L’Afja et l’AJE ont organisé, le 23 mars, un débat pour explorer les alternatives à l’utilisation du glyphosate, que le gouvernement souhaite interdire d’ici trois ans en France. Même si les acteurs agricoles sont à l’œuvre pour trouver des solutions, elles restent aujourd’hui limitées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les alternatives à l’usage de la première molécule utilisée en France, le glyphosate, sont aujourd’hui très limitées.
Les alternatives à l’usage de la première molécule utilisée en France, le glyphosate, sont aujourd’hui très limitées. - © Vincent Marmuse / caia


L’Association française des journalistes agricoles (Afja) et l’Association des Journalistes de l’Environnement (AJE) ont organisé leur premier débat conjoint sur le thème de la sortie de l’usage du glyphosate, le 23 mars. Après la publication en 2015 d’un rapport du CIRC classant le produit comme «cancérogène probable», l’Union européenne prolonge en 2017 son autorisation pour cinq ans, alors que le gouvernement français décide d’en sortir d’ici trois ans.

Or, les alternatives à l’usage de la première molécule utilisée en France sont aujourd’hui très limitées. Xavier Reboud, co-auteur pour l’Inra d’un rapport intitulé «Usages et alternatives au glyphosate dans l’agriculture française», commandé par le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, a commencé par rappeler les effets du produit, herbicide total et systémique, qui permet de nettoyer les sols.
Il est, par exemple, utilisé pour la culture du lin ou des noisettes. «En viticulture, on l’utilise dans les zones escarpées, car il est très difficile d’y travailler la terre avec des outils. Certains agriculteurs en sont donc dépendants», explique le directeur de recherche à l’Inra. Dans l’agriculture de conservation des sols, il est un «outil au service des résultats», affirme Benoît Lavier, agriculteur utilisant le glyphosate et président de l’Association pour la promotion d’une agriculture durable (Apad). «Faire un couvert nécessite d’avoir un sol préalablement propre», explique-t-il.
L’agriculteur, engagé avec son association dans la réduction des intrants, ne voit donc pas l’intérêt de remplacer le glyphosate par un autre produit chimique. Autre problème : le principe de la conservation du sol est de ne pas travailler la terre. Il ne peut donc pas être non plus envisagé une alternative mécanique.

A la recherche de solutions
Les solutions pourraient peut-être venir du biocontrôle. C’est-à-dire les agents et produits qui interagissent avec les fonctions naturelles des plantes. «C’est aujourd’hui un micromarché en France, qui représentait en 2016 environ 110 millions d’euros», prévient Denis Longevialle, secrétaire général d’IBMA France.
A l’heure actuelle, ces types de produits s’adressent davantage à l’agriculture spécialisée qu’aux grandes cultures, qui sont justement celles qui utilisent le plus le glyphosate. Les herbicides sont, de plus, le «parent pauvre» du biocontrôle, explique Denis Longevialle. «On a quelques solutions, mais elles ne sont pas comparables à ce produit, notamment dans leur capacité de pénétration de la plante», relève-t-il. La recherche a encore besoin d’être poussée dans ce domaine.
Mais Roger Genet, directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire alimentaire (Anses), estime aussi les demandes de mise sur le marché de ces alternatives difficiles à évaluer. «On a beaucoup de dossiers trop pauvres pour évaluer si ces produits peuvent représenter un danger immédiat pour l’homme ou l’environnement. Certains considèrent que, comme ils font des produits végétaux, il n’y pas de problème», déplore-t-il.
Pour Roger Genet, la priorité doit être donnée à la recherche, et il faut accompagner davantage le biocontrôle. Denis Longevialle reste optimiste, notamment avec le lancement du «Contrat de solutions», lancé par la FNSEA, en partenariat avec trente-cinq organisations agricoles et de recherche, dont l’IBMA fait partie. «La solution est dans le combinatoire et, aujourd’hui, tous les acteurs apporteurs de solutions sont autour de la table», assure-t-il.
Xavier Reboud, directeur de recherche à l’Inra, estime, quant à lui, que la question n’est pas tant de savoir s’il y a des alternatives, mais surtout de savoir si «elles peuvent être efficaces économiquement pour les agriculteurs et ne pas leur faire risquer de se retrouver face à une concurrence déloyale par manque de productivité».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui