L'Action Agricole Picarde 18 avril 2019 à 09h00 | Par Réussir

Poulehouse initie la vente d'oeufs issus de poules sexées in ovo

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La start-up Poulehouse, qui commercialise des œufs avec la promesse que les poules qui les ont pondus ne sont pas abattues, a reçu, le 17 avril, une première livraison de poussins femelles sélectionnés grâce à une technique de sexage dans l’œuf, qui permet d'éviter l'abattage controversé des poussins mâles. Le surcoût correspond à 2 cents/œuf vendu au consommateur, explique Fabien Sauleman, co-fondateur de Poulehouse, qui assure que ce surcoût sera pris en charge par sa société. La technique est proposée par la société germano-hollandaise Sellegt, qui est la première à avoir mis une technique de sexage in ovo sur le marché, depuis novembre. Il s’agit d’une technique de prélèvement de liquide amniotique dans l’œuf, neuf jours après la ponte. En France, un autre projet, mené par la société Tronico depuis 2015, mise sur une technique optique, mais n'a pas encore abouti.

Sexage des poussins in ovo: le projet français patine

Lancé en 2015, en partie sur fonds publics, le projet français de développement d'une technique de sexage in ovo des poussins, afin d'éviter le broyage des mâles, connaîtrait des difficultés. Selon deux sources présentes lors d'une réunion du Conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale (Cnopsav), fin mars, le ministère de l'Agriculture y aurait annoncé que l'entreprise qui pilote les recherches, Tronico, a mis de côté, faute de résultat satisfaisant, la technologie optique sur laquelle elle concentrait jusqu'ici ces efforts. L'entreprise se tournerait désormais vers des techniques intrusives, proches de celle proposée par l'entreprise allemande Seleggt depuis novembre. Aucun nouveau calendrier n'aurait été annoncé. Le cabinet du ministre de l'Agriculture n'a pas confirmé l'information. Il précise seulement qu'il attend un rapport de l'entreprise pour le mois de mai. Ce projet dans lequel l'Etat avait investi 4,3 millions d'euros avait déjà pris du retard. En 2015, la durée estimative du projet était de deux ans et sept mois jusqu'au test du prototype en couvoir. Le prototype devait être réalisé en 2017.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui