L'Action Agricole Picarde 21 juillet 2020 à 06h00 | Par Arvalis-Institut du végétal

Prévision récolte maïs : du 5 au 14/09 dans la Somme

Arvalis propose la carte des dates prévisionnelles de début des récoltes des maïs fourrage. Elle précise la période possible de début des chantiers pour les scénarios climatiques les plus favorables.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Arvalis



La période de début de récolte correspond aux maïs les plus avancés de la région. Il revient à chaque éleveur de vérifier la maturité de ses maïs par les méthodes d'observation habituelles (de la date de floraison, de l'état des plantes et du stade des grains). Les chantiers se déroulant sur environ un mois, Arvalis recommande de commencer les récoltes suffisamment tôt pour éviter de finir à des taux de matière sèche trop élevés et altérer la qualité des ensilages.

Comment est construite la carte ?
La plage optimale de récolte des maïs fourrage se situe entre 31 et 35 % de matière sèche plante entière. La période à laquelle ce stade est atteint dépend du groupe de précocité de la variété cultivée, de la date de semis et des conditions climatiques. Le suivi des sommes de températures depuis le semis, ou depuis la floraison femelle (sortie des soies), permet de prédire la période optimale de récolte.
Pour chaque «région», les experts d'Arvalis ont défini le groupe de précocité dominant et la date médiane des semis en 2020. Avec les données météo de l'année en cours et les données météo fréquentielles des semaines à venir, il est possible de prévoir la période à laquelle le stade optimal de récolte sera atteint. Cette prévision est régulièrement mise à jour pour prendre en compte le climat de l'année.
Afin d'étaler la période de chantier, et pour éviter les récoltes tardives à taux de matière sèche trop élevé, la carte propose une période de début de récolte par région.

Des dates de floraison en avance
Le début de la campagne a été marqué par des températures très excédentaires jusqu'à fin mai. Même si le mois de juin, nettement plus frais, a atténué la tendance, les cultures restent en avance. En moyenne, les maïs vont fleurir entre trois et dix jours plus tôt que l'an dernier. Cette avance est plus marquée en Pays-de-la-Loire, Centre, Bourgogne-Franche-Comté et Rhône-Alpes. Au début de la période de forte sensibilité du maïs au stress hydrique, dans la plupart des régions la situation se présente mieux que l'an dernier, grâce aux pluies enregistrées en juin.
Une seconde carte sera publiée dans quinze jours pour suivre les évolutions.  

Contact technique : Michel Moquet : 06 30 09 89 32 ; 02 97 46 59 15 ; m.moquet@arvalis.fr


Vérifier le niveau d'éclatement des grains

Les grains de maïs non éclatés sont une source de gaspillage car ils ne sont pas totalement digérés par les ruminants. Le «test de la bassine» permet de s'assurer du bon réglage de l'ensileuse le jour de la récolte.
À la récolte, au stade optimal de 32-33 % MS plante entière, le grain de maïs contient déjà une part d'amidon vitreux de l'ordre de 30 à 50 % qui donne au grain son caractère dur. Les grains nécessitent donc d'être fractionnés pour être digestibles par les animaux. C'est le rôle des rouleaux éclateurs de l'ensileuse. Le plus souvent, les éclateurs sont constitués de deux rouleaux cannelés qui se font face. Sur les ensileuses récentes, l'écartement entre rouleaux éclateurs est réglable depuis la cabine de la machine. Pour renforcer leur action d'éclatement, un différentiel de vitesse est appliqué aux deux rouleaux. Il est bien souvent compris entre 20 et 30 %, mais peut atteindre 40 %. Ce différentiel exerce une action de cisaillement sur les particules de fourrage afin d'en réduire la taille. Des éclateurs efficaces ne doivent laisser passer aucun grain intact : tous les grains doivent être éclatés pour éviter de les retrouver, non digérés, dans les bouses.
Une bassine remplie d'eau suffit ! Il est très difficile, même pour une personne aguerrie, de vérifier le bon éclatement du grain dans une ou plusieurs poignées de maïs fourrage. Pour un diagnostic rapide le jour du chantier d'ensilage, le «test de la bassine» est une méthode simple et efficace. Il s'agit de séparer les tiges et les feuilles en plongeant un échantillon de maïs fourrage d'environ 2 l dans un seau rempli d'eau. Sur du fourrage vert le jour de la récolte, les tiges et feuilles surnagent et peuvent être facilement retirées. Une fois l'eau soigneusement vidée, il ne reste quasiment plus que les grains. Cette méthode permet d'avoir une vision plus précise du niveau d'éclatement des grains et de procéder à des modifications de réglages des rouleaux éclateurs si besoin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui