L'Action Agricole Picarde 26 mars 2019 à 06h00 | Par Anne Verzeaux

Pulvérisation : comment la réussir ?

La réussite de la pulvérisation passe avant tout par la buse. Présentation des solutions de Tecnoma pour mieux comprendre les intérêts des différents systèmes présents sur le marché.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’OSS + est doté de quatre porte-buses juxtaposés, chacun piloté par un anti-goutte pneumatique. © A. Verzeaux «Avec le porte-buses OSS +, on est désormais capable de travailler avec une pression constante de pulvérisation et ce, malgré  les variations de vitesse et de débit à l’hectare», annonce Jérôme M © A. Verzeaux Avec sa forme d’étoile à cinq branches, le Pentix peut recevoir jusqu’à cinq buses. Il intègre également un système anti-goutte. © Tecnoma

S’il y a bien un élément sur lequel il ne faut pas faire l’impasse, c’est le choix des buses. Car c’est là que se jouent la qualité et l’efficacité de la pulvérisation. Là aussi qu’entre en jeu la notion d’anti-dérive. Chez un constructeur comme Tecnoma, «on y est particulièrement attentif», assure Jérôme Mestrude, responsable produits qui organise des sessions de formation auprès des agriculteurs sur cette thématique. «Les buses représentent moins de 1 % du coût du pulvérisateur, mais elles en constituent une des pièces les plus importantes», rappelle-t-il.

Buses standards ou anti-dérive
Tecnoma travaille en étroite collaboration avec Nozal, spécialiste français dans la fabrication de buses qui appartient lui aussi au groupe Excel. «Les buses Nozal équipent notamment en première monte les modèles des marques Tecnoma, Berthoud, Caruelle ou encore Seguip. On retrouve aussi les buses en deuxième monte sur de nombreuses autres marques», précise-t-il. Pour accueillir les buses, Tecnoma conçoit ses propres porte-buses. Jusqu’à présent, il misait sur son modèle Pentix. Avec sa forme d’étoile à cinq branches, le Pentix peut recevoir jusqu’à cinq buses. Il intègre également un système anti-goutte. «A l’agriculteur de choisir la buse adaptée en fonction des produits qu’il pulvérise et du débit visé (en l/ha) en fonction de la vitesse d’avancement à laquelle il souhaite travailler», précise Jérôme Mestrude. Le plus souvent, le choix pour un Pentix se porte sur deux buses standards, deux buses à injection d’air et une buse azote (avec trois ou cinq filets). De base, le changement se réalise manuellement et impose à l’agriculteur de descendre de son tracteur.
«La buse standard à fente classique permet de réaliser de la granulométrie fine, de former ainsi un spectre de pulvérisation très couvrant. La buse à injection d’air, aussi appelée buse anti-dérive, produit, quant à elle, des gouttelettes plus grosses, moins volatiles», détaille le spécialiste de chez Tecnoma. L’agriculteur choisit d’utiliser l’une ou l’autre des buses en fonction du mode d’action du produit (contact ou systémique) et en fonction des conditions climatiques (absence de vent, etc.). Sachant qu’à débit identique, le nombre d’impacts avec une buse à injection d’air est plus faible qu’avec une buse standard.

Buse-à-buse
Sur la rampe du pulvérisateur, Tecnoma fixe au minimum deux porte-buses par mètre. Le constructeur accède toutefois à la demande de certains clients et propose des configurations avec des buses tous les 37,5 cm, 33 cm ou 25 cm. De base, la rampe (jusqu’à 44 mètres chez Tecnoma) est coupée en tronçons individuels, «jusqu’à dix-huit tronçons, précise Jérôme Mestrude. Au-delà, le client peut opter pour le système NCIS qui permet de gérer les porte-buses individuellement». Concrètement, ce système permet l’ouverture des buses une à une par GPS. C’est ce qu’on appelle communément le buse-à-buse, «c’est l’ultime précision, mais pour l’heure il n’y a pas de réel grain économique et agronomique à utiliser ce système sauf pour réaliser du localisé», estime Jérôme Mestrude. «La machine est prête pour l’avenir», reconnaît-il.

Sélection automatique
Pour aller plus loin, Tecnoma a ensuite développé le Pentix SP.
Ce porte-buses, toujours en forme d’étoile à cinq branches, apporte une précision supplémentaire : la sélection pneumatique. L’agriculteur a juste à appuyer sur un bouton en cabine pour que tous les porte-buses tournent en même temps. Plus besoin de descendre du tracteur pour changer de buses. «Cette sélection automatique lui fait gagner du temps et cela évite tout contact avec la rampe», argumente le représentant de Tecnoma.

L’OSS+ au top
Dans un objectif de maîtriser la qualité de pulvérisation quelle que soit la vitesse de travail ou le débit/ha (l/ha), Tecnoma a imaginé un tout autre porte-buses : l’OSS+ (Optimal spray switch). Il ne s’agit plus d’un porte-buses en forme d’étoile, mais d’un système doté de quatre porte-buses juxtaposés, chacun piloté par un anti-goutte pneumatique. Son avantage : pendant la pulvérisation, lorsque le débit augmente et que le seuil de pression haute est atteint, le changement vers une buse de calibre supérieur est automatique et inversement lorsque le débit et la pression diminuent. «On travaille donc avec une pression constante de pulvérisation malgré les variations de vitesse et de débit à l’hectare», insiste Jérôme Mestrude.
Au-delà, l’OSS+ supprime une autre problématique bien connue des agriculteurs : «auparavant, lors des virages, l’intérieur de la courbe était surdosé et l’extérieur sous-dosé, puisque la distance parcourue sur un même laps de temps était supérieure pour l’extérieur de la courbe par rapport à l’intérieur», rappelle Jérôme Mestrude. Avec le système OSS+, les buses «se sélectionnent toutes seules» en fonction du débit à l’hectare. Le système change automatiquement de buses, en une fraction de seconde tronçon/tronçon en fonction de la courbe ou du débit par ha. A savoir, la seconde buse s’ouvre toujours avant que la première se ferme.
Avec l’OSS+, Tecnoma assure donc une parfaite maîtrise de la qualité d’application par la taille de goutte en travaillant en permanence à des pressions et granulométries quasiment constantes. Le système permet la régulation de débit par tronçon. «Le débit par tronçon est ainsi adapté, notamment lors de l’utilisation d’une carte de modulation de dose ou dans les courbes.»
A noter que le système est disponible pour toute la gamme disposant de terminaux Isobus. Il peut être associé à l’autoguidage, par exemple, pour évoluer dans l’agriculture de précision. L’option OSS+ est systématiquement combinée à une circulation continue permanente.


___________________________________________________________________________________________________________________________________________

Des buses françaises

Basé à Epernay, Nozal est un fabricant français spécialisé depuis plus de vingt-cinq ans dans les buses de pulvérisation. Il équipe aujourd’hui de nombreux constructeurs en première monte. Il propose également toute sa gamme pour rééquiper n’importe quel modèle de pulvérisateur présent sur le marché. Pour adapter les buses aux différentes conditions d’application, Nozal dispose d’un grand panel de buses : standard à simple fente, en passant par la double fente, anti-dérive basse ou haute pression, engrais liquide...  Toutes sont fabriquées avec un objectif : garantir la protection de la culture tout en préservant l’environnement et la sécurité de l’utilisateur. «La fabrication des buses fait partie du domaine de la mécanique de précision, estime le constructeur sparnacien. Nos buses entrent dans le cadre des normes ISO réglementant la précision de débit en parallèle à la précision de répartition». Après l’étape de fabrication, chaque buse Nozal est contrôlée unitairement.




Zoom sur les types de buses

Nozal propose toute une gamme de buses de pulvérisation. Le corps de la buse est en plastique. «La valeur ajoutée de la buse, c’est l’insert», annonce Jérôme Mestrude. Cette partie peut être fabriquée en inox, en plastique ou en céramique. «Nozal fabrique exclusivement des inserts en plastique ou en céramique, et de base, chez Tecnoma, nous choisissons la céramique qui a une durée de vie plus longue», précise-t-il. Nozal propose suivant les applications :
- des buses standards à jet pinceau : elles permettent de fabriquer des gouttes fines pour maximiser la couverture.
- des buses anti-dérive à injection d’air basse pression : elles offrent une parfaite couverture tout en limitant la dérive à des pressions d’utilisations standards.
- des buses anti-dérive à injection d’air haute pression utilisées à haute pression (> 4 bars) : elles sont caractérisées par la fabrication de grosses gouttes. Elles sont à privilégier sur certains types d’applications (produits racinaires, par exemple, ou à mode d’action systémique) et en conditions limitantes d’applications (vent).
- Des buses pour apports azotés à trois ou cinq filets : elles sont étudiées pour des épandages d’engrais liquide.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui