L'Action Agricole Picarde 20 décembre 2012 à 13h49 | Par Daniel Platel

Regrouper les vêlages : quand et comment ?

La moitié des élevages ont des vêlages étalés sur au moins huit mois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AAP

C’est le thème du regroupement des vêlages qui a été abordé lors de la journée «Viande bovine» du 13 décembre organisée par les chambres d ‘agriculture Picardie - Nord Pas de Calais. Une centaine de personnes ont assisté à la projection de témoignages d’éleveurs au cinéma de Crécy-en-Ponthieu, puis à la visite de l’élevage d’Olivier et Virginie Jansseune.
L’exploitation du tableau de bord viande bovine régional met en évidence que 50% des élevages ont des vêlages étalés sur au moins huit mois. Cette situation est très préjudiciable à l’organisation du travail et a des répercussions négatives sur la fécondité et la mortalité des troupeaux.

Grouper les vêlages en sept points
Il est illusoire de grouper rapidement le vêlage des vaches sans dégrader leur intervalle vêlage-vêlage, car avancer les vêlages est impossible. C’est pourquoi le groupement des vêlages commence par la maîtrise de la reproduction des génisses.
1. Je fixe la date de début des vêlages.
2. Je détermine la date de mise en reproduction.
3. Trois semaines avant la date de mise en reproduction je note les chaleurs pour faciliter la mise en reproduction le moment venu dans le cas de l’utilisation de l’insémination animale.
4. Je limite la période de reproduction des génisses à deux mois soit trois chances pour les avoir gestantes (après leur vêlage, les génisses ont des difficultés à revenir en chaleur et ont tendance à se décaler sur la fin de la période des vêlages).
5. Je mets un maximum de génisses en reproduction pour pouvoir réformer un maximum de vaches qui sont décalées par rapport à la période objectif.
6. Pour avancer le vêlage des vaches en fin de période je n’hésite pas à les mettre en reproduction dès 45 jours après leur vêlage, à condition qu’elles n’aient pas eu de problème de vêlage et qu’elles soient en bon état.
7. Je mets en reproduction 15% de femelles en plus par rapport aux besoins pour être certain d’avoir le nombre de vêlages voulu sur la période objectif. Suite au constat de gestation, le surplus éventuel de femelles pleines sera réformé en commençant par les moins avancées.

Grouper les vêlages oui, mais sur quelle période ?
La réponse ne peut être prise qu’en fonction du système fourrager, des bâtiments, du système de reproduction voulu, de la charge de travail, de la période de commercialisation… Il faut rechercher une cohérence en lien avec la globalité de l’exploitation, c’est indispensable à une bonne conduite d’élevage.
1. Vêlages d’été : aout, septembre, octobre.
2. Vêlages d’hiver : novembre, décembre, janvier.
3. Vêlages de printemps : mars, avril, mai.
4. La double période de vêlages : mars, avril et septembre, octobre.
Reprendre les avantages et inconvénients de chacun des systèmes serait trop long, mais une plaquette spécifique est téléchargeable sur www.chambres-agriculture-picardie.fr. Il n’existe pas de bon ou mauvais système, il faut en avoir un et s’y tenir.

4 films pour 4 témoignages d’éleveurs et 4 périodes différentes de vêlages
Ces films seront visibles sur www.chambres-agriculture-picardie

- © AAP

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui