L'Action Agricole Picarde 06 mai 2019 à 06h00 | Par M.-A. B.

Rémunérer et valoriser les services environnementaux

Le 25 avril, la FNSEA et Imagin’Rural ont officiellement lancé la marque Epiterre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © D. R.

«Les agriculteurs sont acteurs de la biodiversité. Nous devons parler plus de ce que nous faisons de bien», a constaté Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, le 25 avril, à l’occasion du lancement officiel de la marque Epiterre. Lancée en partenariat entre la FNSEA et Imagin’Rural, cette solution clé en main, pour répondre aux enjeux environnementaux, propose aux entreprises et aux collectivités, par le biais de prestations pour services environnementaux, de construire des partenariats locaux avec les agriculteurs, pour développer et protéger la biodiversité contre rémunération.
Elle doit ainsi permettre de favoriser, mais aussi de valoriser les actions menées par le monde rural en faveur de la biodiversité. «Avec Epiterre, nous parlons en bien de ce que font les agriculteurs», se félicite Marc Didier, trésorier d’Imagin’Rural. Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA, précise qu’Epiterre s’appuie à la fois sur un réseau de plus de deux cent mille agriculteurs dans quatre-vingt-dix-huit départements, sur les compétences juridiques de la FNSEA et celles écologiques et agronomiques d’Imagin’Rural.

Projets territoriaux
Ainsi, les clients, privés ou publics, ainsi que les agriculteurs, qui souhaitent développer un projet environnemental sur le territoire, peuvent contacter le guichet unique d’Epiterre. Après un diagnostic et une écoute des attentes et des besoins, l’équipe co-construit, avec les acteurs de terrain, un projet clé en main, avec un cahier des charges qui prévoit la nature des actions, les obligations, la rémunération et les critères d’évaluation. Les projets doivent ainsi se construire à l’échelle locale pour s’ancrer dans les territoires. «Il y a cent modèles agricoles, et donc mille manières de protéger la biodiversité», souligne Christiane Lambert.
Pour André Bonneau, président d’Imagin’Rural, il s’agit ainsi de remettre l’humain au centre du dispositif. «Nos réseaux et notre savoir-faire nous permettent d’être à l’écoute des paysans, et de remettre ainsi les agriculteurs au cœur de la biodiversité», explique-t-il. Il ajoute que pour valoriser et développer ces services, il ne faut pas opposer économie et biodiversité. «Nous pouvons protéger l’environnement, tout en gagnant notre vie», conclut-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui