L'Action Agricole Picarde 30 mars 2018 à 06h00 | Par L’Equipe PV de la CA80

Retour des premiers tours de plaine avec la Chambre d’agriculture de la Somme

Les tours de plaine de ce printemps 2018 ont démarré ! Comme chaque année, plus de 500 agriculteurs ont participé individuellement ou collectivement à ces bouts de champs animés par les onze ingénieurs conseil de la Chambre d’agriculture de la Somme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les premiers tours de plaine avaient pour principales thématiques les stratégies de fertilisation et de désherbage des céréales.
Les premiers tours de plaine avaient pour principales thématiques les stratégies de fertilisation et de désherbage des céréales. - © V. Marmuse / CAIA


Organisés par tout le département, ils se réalisent généralement par petits groupes structurés par secteurs agricoles, et ont pour objectif de construire des échanges sur des observations et des préconisations très locales.

Les tours de plaine traitent de l’actualité du moment. Ainsi, les premiers tours de plaine avaient pour principales thématiques les stratégies de fertilisation et de désherbage des céréales.

Doses bilans élevées liées à des reliquats faibles à moyens
Cette année, les reliquats sont en tendance plus faibles que la moyenne pluriannuelle : de - 10 à - 15 unités. Cela s’explique par une pluviométrie plus élevée, de 30 à 50 % supérieure à la normale sur la période du 1er octobre 2017 au 15 février 2018. Les doses bilans calculées sont donc généralement supérieures à 200 U en blé. Dans ces situations, notre préconisation est de fractionner en quatre apports et de piloter impérativement le dernier apport avec un outil d’aide à la décision (Drone, Farmstar, N tester).
Cet excès de pluviométrie entraine également des besoins en soufre importants : 30 à 50 unités en céréales, 75 unités en colza. Par ailleurs, il est toujours possible de réaliser des reliquats sortie hiver sur cultures de printemps non fertilisées à ce jour.
Enfin, les tours de plaine sont aussi l’occasion de faire le point sur les évolutions réglementaires. Avec le nouveau cadre des zones vulnérables, de nombreux agriculteurs étaient demandeurs d’appui et de conseil dans la réalisation du plan prévisionnel de fumure azotée et du cahier d’épandage.

Peu d’observations d’adventices dans les parcelles
Environ 75 % des parcelles de céréales ont été désherbées à l’automne avec, en général, de bonnes efficacités. La tendance est à la hausse des applications automnales afin de garantir une efficacité optimale des désherbages et de limiter la concurrence pendant l’hiver. Pour les derniers semis non-désherbés à l’automne, peu de graminées sont observées actuellement. Suite à ces tours de plaine, les rattrapages spécifiques ou des désherbages complets ont été réalisés, pour la plupart, du 23 au 26 mars dernier. Ces observations sont aussi l’occasion de se réapproprier et revisiter les principes de l’agronomie et de la protection intégrée (rotation, décalage de la date de semis…).

Dégâts de larves d’altises parfois observés sur certains colzas
Les tours de plaine ont été l’occasion de croiser les observations entre agriculteurs et d’échanger avec leur conseiller sur les pratiques innovantes pour limiter ces ravageurs d’automne : colza associé, semis précoces…
Les semis de cultures de printemps démarrent timidement, mais ils seront au cœur de l’actualité des prochains bouts de champs.

TEMOIGNAGE Pascal Fournier, agriculteur à Gueschart

«Chaque tour de plaine
est différent»


«Je participe au groupe Cultures organisé par la chambre d’agriculture dans mon secteur depuis plus de quinze ans. Notre groupe n’est pas très grand, mais il a l’avantage de concentrer les tours de plaine sur notre territoire autour de Gueschart, qui est plutôt tardif. Au cours de la campagne, le groupe se réunit au minimum quatre fois en tour de plaine et une fois en réunion morte-saison. Pour moi, l’intérêt est de bénéficier des apports techniques et réglementaires par l’ingénieur de la chambre, mais aussi de la confrontation entre nous sur nos choix tactiques et itinéraires. Cela nous permet de nous situer et de nous réassurer à des moments clefs de la campagne. Bien entendu, en tour de plaine de groupe, on ne peut pas voir toutes les parcelles. Alors, nous nous concentrons sur les parcelles où il y a une actualité. Donc, chaque tour de plaine est différent. Et puis, nous abordons aussi les actualités du moment, selon les attentes des uns et des autres. Cette année, par exemple, nous avons davantage rediscuté zones vulnérables que désherbage céréales sortie d’hiver. La réunion technique d’hiver est, quant à elle, l’occasion de préparer la campagne, mais aussi de se remettre en tête les évolutions réglementaires et techniques. Au final, même s’il y a un cadre ou une thématique, chaque réunion s’adapte vraiment au besoin du moment, pour nous permettre d’être plus réactifs dans nos décisions.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui