L'Action Agricole Picarde 26 juillet 2018 à 08h00 | Par Réussir

Revenu des exploitations d'élevage : détérioration en allaitantes, timide amélioration en laitières

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le revenu des exploitations allaitantes se détériore de nouveau

« Le revenu disponible des exploitations allaitantes connaît une baisse marquée dans le Grand-Ouest et le bassin allaitant, mais une petite hausse en montagne » constate l’Observatoire de l’endettement et des trésoreries des élevages bovins, piloté par l’Idèle dans une publication du 24 juillet. Toutefois, il « reste faible sur les trois zones : 16 600 € annuels par UTH familiale en moyenne ». En effet, l’augmentation des charges, notamment de structures et alimentaires, face à un produit brut stable depuis trois ans, entraîne une baisse de l’EBE dans le Grand-Ouest et dans le bassin allaitant. De plus, quelle que soit la zone étudiée, le revenu disponible ne « permet pas de dégager de marge de sécurité suffisante et ce malgré des prélèvements privés toujours restreints », observe l’Idèle. Ainsi, 17 % des exploitations étudiées sont en situation critique, c’est-à-dire sans aucune trésorerie et endettées à moyen et long terme, avec de fortes disparités régionales : 36 % rien que dans le Grand Ouest, 16 % en zone de montagne et 8 % dans le bassin allaitant.

Le revenu des exploitations laitières s’améliore mais la situation reste précaire

« Le revenu disponible des exploitations laitières s’améliore en 2017 pour la première fois depuis 2014 », constate l’Observatoire. En effet, la hausse du prix du lait « permet une augmentation du produit brut et de l’EBE malgré une hausse des charges, notamment alimentaires ». Toutefois, la récente crise a laissé des séquelles et le revenu disponible « demeure relativement faible à moins de 20 700 € par UTH familiale en moyenne » et « il faudra plusieurs années de meilleure conjoncture pour que les exploitations retrouvent une situation financière saine », observe l’Idèle. De nombreuses exploitations sont toujours en situation difficile : 42 % des exploitations du Grand Ouest et 22 % en Montagne ne disposent pas de trésorerie et sont endettées à long et moyen terme. La situation des exploitations du Grand Ouest, en particulier, demeure préoccupante avec « aucune marge de sécurité » et des emprunts « utilisés pour refinancer les investissements passés ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui