L'Action Agricole Picarde 06 août 2018 à 14h00 | Par Réussir

Sécheresse : les syndicats réclament des mesures

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La FNSEA demande des dérogations pour le verdissement

L’impossibilité « d’envisager un travail du sol, ni de réaliser des semis dans de bonnes conditions avant plusieurs jours » du fait de la sécheresse va conduire les agriculteurs à se mettre « dans l’illégalité vis-à-vis des obligations du verdissement », estime la FNSEA dans un communiqué du vendredi 3 août. La période de présence obligatoire pour les intercultures Surfaces d’intérêt écologique (SIE) et les Cultures intermédiaires pièges à nitrates (Cipan) démarrant entre « le 30 juillet ou le 6 août dans de nombreux départements ». Les agriculteurs « refusent de faire un semis administratif », insiste le syndicat, qui demande au ministère de l’Agriculture « une dérogation à l’implantation des Cipan et SIE sans préjudice sur le paiement vert » et une reconduction des avances de trésoreries remboursables (ATR) « à hauteur de 90 % des aides Pac ». « Le ministère de l’Agriculture n’a pour le moment proposé aucune solution » sur ces points « malgré les demandes répétées de la profession », insiste l’organisation. « Toutes les productions sont impactées par la canicule, tant végétales qu’animales », estime le syndicat qui juge que « l’application des règlements doit aussi tenir compte de cette situation exceptionnelle ». Il se félicite ainsi des propositions du commissaire européen à l’agriculture Phil Hogan pour venir en aide aux agriculteurs touchés par la sécheresse, notamment la possibilité de percevoir « des paiements Pac anticipés plus élevés ».

La CR demande « un plan d’urgence »

La Coordination Rurale demande dans une lettre à Stéphane Travert publiée vendredi 3 août « d’envisager la mise en œuvre d’un plan d’urgence exceptionnel » pour en atténuer les effets sur le monde agricole. Le syndicat demande notamment « une dérogation de non-couverture automnale des sols pour l’impossibilité de semer les Cipan », des arrêtés de catastrophe naturelle « dans les cas les plus graves » comme en Hauts-de-France ou dans le Grand Est, « des prises en charges par le fonds de calamités agricoles, en particulier pour les fourrages », « le versement le plus précoce possible des aides Pac » ou encore des dégrèvements, voire des exonérations de la taxe foncière sur les propriétés non-bâties (TFNB). Si la sécheresse venait à se poursuivre, « nous considérons qu’il serait alors du devoir de l’État d’envisager des aides directes exceptionnelles » autorisées par l’article 107 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), insiste le syndicat. Ce dernier juge également « primordial » de lancer un « ambitieux plan de développement des capacités de stockage de l’eau » afin « de pallier les conséquences de ces accidents climatiques qui se produisent régulièrement ».


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui