L'Action Agricole Picarde 09 mars 2019 à 06h00 | Par Arvalis - Institut du végétal

Semis du lin fibre : pas de précipitation !

Même si le beau temps est au rendez-vous, mieux vaut être patient pour les semis du lin fibre. Des gelées pourrait provoquer des dégâts.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un semis des linières expose actuellement les parcelles de lins à divers dégâts liés 
au froid si des épisodes de gel surviennent au cours du mois de mars. 
Un semis des linières expose actuellement les parcelles de lins à divers dégâts liés au froid si des épisodes de gel surviennent au cours du mois de mars.  - © © Stéphane Leitenberger



Les conditions météorologiques chaudes et ensoleillées peuvent paraître propices pour effectuer les premiers semis cette semaine dans la région, dans les terres les plus chaudes (terres sableuses et en bordure de mer). Il est néanmoins essentiel de ne pas aller trop vite : le semis est une étape primordiale dans la conduite de la culture.

Attention aux épisodes de gel du mois de mars ! En effet, les épisodes de gel (avec une température inférieure à 0°C) entre le 25 février et le 31 mars sont fréquents dans la zone de production du lin. Sur vingt ans, ils surviennent sur une durée totale comprise entre zéro et dix jours en fonction des secteurs.
Un semis des linières expose actuellement les parcelles de lins à divers dégâts liés au froid si des épisodes de gel surviennent au cours du mois de mars. Dans le cas d’une gelée avant la levée : au moment de l’imbibition des semences, des gelées blanches peuvent suffire à affaiblir les germes. Lorsqu’il y a prise en glace de la terre constituant le lit de semences, il y a alors destruction complète des graines imbibées et absence de levée.
Dans le cas d’une période de gel survenant brutalement et précédée de températures douces, le froid ne permet pas aux plantes de s’endurcir. L’intensité des dégâts sur lin dépend de l’écart de température à l’apparition du froid.
Le gel est particulièrement préjudiciable à l’émergence du lin fibre de printemps et peut provoquer la disparition de tous les germes. Dès le stade 3-4 cm, les risques sont moindres et les plantes sont beaucoup plus résistantes.

Intervenir sur un sol réchauffé et ressuyé
Les écarts de température au cours de la journée sont actuellement encore importants avec des gelées matinales fréquentes. Ces gelées empêchent le réchauffement des sols.
Pour s’assurer une levée rapide et homogène, il est souhaitable de réaliser le semis dans des sols réchauffés, c’est-à-dire quand la température du sol atteint environ 10°C et que les conditions climatiques sont douces (>10°C). Pour optimiser les conditions de semis, l’absence de pluie dans les 48h après la reprise des terres est recommandée.
Il est également nécessaire d’attendre un ressuyage sur une profondeur d’environ 40 cm avant d’envisager toutes interventions mécaniques afin de ne pas créer de semelle de labour ou de zone de lissage qui serait préjudiciable aux linières. Le respect de ces conditions limitera l’exposition des linières aux ravageurs et plus particulièrement aux altises.


- © Arvalis - Institut du végétal

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui