L'Action Agricole Picarde 16 avril 2018 à 06h00 | Par Mathilde Lheureux (Blé 80)

Stade des blés dans la Somme: point d'étape

La commission Blé 80 s’est réunie vendredi dernier à Villers-Bocage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La majorité des parcelles sont au stade «épi 2 cm».
La majorité des parcelles sont au stade «épi 2 cm». - © D. R.

Dans le département les blés vont de «redressement» pour les semis de décembre à «1nœud» pour les plus avancés. La majorité des parcelles sont au stade «épi 2 cm».

Verse : risque moyen annoncé
Les conditions froides en février et mars, les reliquats plus faibles (-10 U par rapport à la moyenne pluriannuelle), la faible évolution des stades avec une montaison en jours longs («épi 1 cm» en avril) entraînent un risque actuel modéré. Les conditions climatiques entre «épi 1 cm» et «1-2 nœuds» seront déterminantes sur le risque final (rayonnement et pluie).

Piétin verse : utilisez la grille de risque
Les conditions climatiques de cet automne-hiver ont été favorables au développement de l’inoculum de piétin verse. En effet, la période du 1er octobre 2017 au 15 février 2018 est marquée par une pluviométrie importante : plus de 35 à 50 % de pluie sur l’ouest du département et plus de 20 à 35 % sur l’est par rapport à la moyenne pluriannuelle.
Au 1er avril, les simulations réalisées avec le modèle épidémiologique TOP (Arvalis - Institut du végétal) placent l’année 2018 à risque climatique élevé pour les semis précoces du 1er octobre (indice TOP > 45), à risque intermédiaire pour les semis du
15- 20 octobre (indice TOP entre 30 et 45), et à risque assez faible pour les semis tardifs de mi-novembre (indice TOP < 30).
Mais le risque du développement de la maladie ne dépend pas seulement du risque climatique. Il va dépendre également de la sensibilité variétale, de la date de semis, du précédent, du type de sol… L’application d’un fongicide spécifique va se justifier par l’évaluation du risque en utilisant la grille de risque piétin verse et par l’observation des symptômes en parcelle.

Variétés sensibles (notes < ou = 2)
Apache, Arkeos, Bergamo, Costello, KWS Dakotana, Granamax, Hyking, Hystar, Mathéo, Némo, RGT Kilimanjaro, RGT Sacramento, Rubisko, Sanremo, Sokal, Trapez,…
Les variétés, avec des notes de sensibilité de cinq et plus, ne justifient pas de traitement (Allez-Y, Fluor, LG Absalon, LG Altamont, Lyrik,…

«Septoriose» : les conditions climatiques des semaines à venir seront déterminantes sur le développement de la maladie. Les pluies du mois de mars ont entraîné des contaminations et des symptômes sont observés actuellement sur les feuilles basses et, essentiellement, sur les variétés sensibles. Son développement dépendra des conditions météorologiques des semaines à venir (conditions favorables : températures douces de 16-1 C°, présence de périodes humides et pluies).
L’un des principaux facteurs agronomiques favorisant la septoriose est la sensibilité variétale.
Variétés peu sensibles : Barok, Boregar, Cellule, Chevignon, Collector, Kws Dakotana, Filon, Fluor, Fructidor, Granamax, LG Absalon, LG Altamont, Lyrik, Mathéo, Mutic, Oxebo, Ronsard, Sanremo, …
Variétés moyennement sensibles
Adhoc, Advisor, Allez-Y, Amboise, Auckland, Armada, Arkéos, Bergamo, Chevron, Complice, Costello, Creek, Expert, Hyking, Hystar,, Joker, Lavoisier, Nemo, RGT Kilimanjaro, RGT Libravo, RGT Sacramento, RGT Tekno, Rubisko, Triomph, Sokal…
Variétés sensibles : Apache, Alixan, Bermude, Hybery, Hyclick, Pakito, Selekt, Terroir, Trapez,…
Le seuil de nuisibilité «septoriose» est  à partir du stade «2 nœuds» (F2 définitive pointante). Sur variétés sensibles, il est de plus de
20 % des F3 du moment touchées, et de plus de 50 % des F3 du moment touchées sur variétés tolérantes.

«Rouille jaune» : un risque proche de 2017
Des pustules de rouille jaune ont été observées début février sur les variétés sensibles (Allez-Y, Lyrik par exemple). Le froid et la présence de gelées en février - mars ont stoppé le développement de la maladie. Avec la douceur depuis début avril,  des pustules de rouille jaune ont été de nouveau observées sur des variétés sensibles dans le secteur de Dunkerque mais également sur l’ouest du département et le Plateau Picard Sud. Pour le moment, le modèle «Yello» d’Arvalis - Institut du végétal, indique un risque plus faible que 2014 et proche de 2017 avec une apparition de la rouille jaune sur les variétés sensibles et semis précoces  début avril à la station de Glisy.

Variétés sensibles : Adhoc, Allez-Y, Alixan, Auckland, Arkeos, Barok, Boregar, Chevron, Complice, Diamento, Expert, Hyfi, Hystar, Joker, Laurier, Lyrik, Némo, RGT Kilimanjaro, Ronsard, Trapez…
La surveillance doit se faire sur toutes les variétés par rapport aux évolutions possibles de races.
Pour les variétés sensibles et moyennement sensibles (note ≤ 6), les seuils de nuisibilité sont à partir «d’épi 1 cm», intervenir en présence de foyers actifs. A partir «de 1 nœud», intervenir dès les premières pustules.
Pour les variétés tolérantes (note ≥ 7), les seuils d’interventions ont été modifiés avant le stade
«2 nœuds». Ne pas intervenir. Après le stade «2 nœuds», intervenir dès l’apparition de la maladie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui