L'Action Agricole Picarde 13 octobre 2018 à 06h00 | Par Alix Penichou

Territoires ruraux : les centres des villages bénéficient d'un coup de boost

Ce 3 octobre, le Département de la Somme et la Caisse des dépôts ont signé une convention de partenariat. Objectif revitalisation des territoires ruraux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Jean-Claude Billot, président de l'association des maires de la Somme, Philippe de Mester, préfet de la Somme, Laurent Somon, président du Département, et Catherine Bénédini, maire d'Ailly-sur-Somme, ont signé une convention de partenariat pour la revitalisation des territoires ruraux.
De gauche à droite, Jean-Claude Billot, président de l'association des maires de la Somme, Philippe de Mester, préfet de la Somme, Laurent Somon, président du Département, et Catherine Bénédini, maire d'Ailly-sur-Somme, ont signé une convention de partenariat pour la revitalisation des territoires ruraux. - © A. P.



Le calme règne, ce jour de semaine ensoleillé, dans la Grande rue de Longpré-les-Corps-Saints. Hormis quelques bruits de moteur, seul le chant des moineaux anime le quartier du centre. Il est presque difficile de croire que la commune abrite quelque mille sept cents Longiprates. Mais cette inactivité devrait à l'avenir laisser place à l'effervescence. C'est en tout cas ce qu'espèrent le maire, René Cailleux, et ses conseillers, en s'engageant dans un plan de revitalisation du centre-ville.

Sa commune, ainsi que celle d'Ailly-sur-Somme, ont remporté un appel à projets lancé conjointement par l'Etat et le Département en 2017, à destination des collectivités souhaitant s'engager dans une démarche plus approfondie de revitalisation de leur centre-bourg. Et ce 3 octobre, le Département signait une convention de partenariat avec la Caisse des dépôts, déclinée au niveau régional en Banque des territoires, qui doit permettre l'accompagnement des territoires ruraux en Somme pendant trois ans. Cette dernière s'engage à retenir deux lauréats supplémentaires par an (soit quatre lauréats au total) pour la période 2018-2020.

Soutien financier et en ingénierie
Concrètement, cette convention «permettra d'obtenir un soutien financier et en ingénierie pour favoriser le développement de projets dans la Somme, et en particulier dans les territoires ruraux», explique Gaëlle Velay, directrice générale Hauts-de-France de la Caisse des dépôts. Le tout s'inscrit dans le cadre de la politique territoriale du Département, avec le soutien aux projets des communes et intercommunaliés, pour le cadre de vie des habitants (le Département y consacre 32 MEUR pour la période 2017-2020).
Pour Laurent Somon, président du Département, cette convention «représente le point d'arrivée du travail fourni avec la Caisse des dépôts et elle est en même temps le point de départ des projets de nos territoires ruraux». L'élu souhaite maintenir un axe de proximité, surtout dans la campagne samarienne. Car les chiffres parlent d'eaux-même : «43 % des samariens vivent en milieu rural. Mais plus de deux bourgs sur trois connaissent une démographie en baisse, et le phénomène de périurbanisation est très fort

Revitalisation des centres-bourgs
La Caisse des dépôts à identifié plusieurs axes qu'elle voudrait développer. Le premier concerne le soutien aux initiatives de revitalisation des centres-bourgs. L'Etat et le Département, en lien avec le Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE) ont lancé en 2016 les ateliers «centralités rurales» en Somme qui regroupent une cinquantaine de bourgs de la Somme, confrontés à la dévitalisation de leur centre.
Deux ou trois ateliers ont lieu chaque année pour identifier les pistes d'action possibles pour la revitalisation des centres-bourgs. «Chez nous, nous avons par exemple organisé des balades en ville, pour lister tout ce que nous pourrions améliorer», témoigne Catherine Bénédini, maire d'Ailly-sur-Somme. L'omniprésence de la voiture et le bruit généré ont constitué le premier constat lors de la visite in situ. Plusieurs aspects ont été identifié, comme la densité du trafic, qui peut décourager les piétons et les cyclistes, des espaces linéaires et monotones, ou encore une absence de signalétique et de végétaux à l'entrée du bourg. La Caisse des dépôts pourra, à la demande du Département, mobiliser de l'expertise pour animer d'autres ateliers de ce genre.

Tourisme et commerce
Le second axe est le tourisme et commerces de proximité. Le Département souhaite mener deux études en concertation avec les acteurs du territoire, portant sur la nouvelle stratégie touristique 2019-2021 et sur la mise en place de nouveaux modèles de commerces et services de proximité. La Caisse des dépôts soutiendra ces études à hauteur de 50 % du coût total d'une étude. Cette aide est plafonnée à 25 000 EUR.
Elle participera également au développement économique des territoires ruraux. Le Département pourra solliciter le concours en ingénierie ou en financement de la Caisse des dépôts pour la réalisation de projets qu'il porte. Les Ehpad de la Somme les plus vétustes devraient aussi bénéficier d'un coup de jeune. Le Département souhaite conduire une réflexion sur le financement de leur rénovation. La Caisse des dépôts sera associée à cette réflexion et pourra proposer des financements en prêt aux meilleurs conditions.
Enfin, elle accompagnera des partenaires du Département et soutiendra les études préalables de la fusion Opsom/Opac qui doit intervenir au 1er janvier 2020, avec une aide de 50 % du coût de cette étude.





Une nouvelle Banque des territoires à Amiens

La Caisse des dépôts et consignations est un établissement peu connu des citoyens. Vieux de deux cents ans, cet établissement financier public et autonome a pourtant un intérêt particulier pour le développement des territoires : «Nous sommes là pour faire en sorte que des projets voient le jour quand les investisseurs privés sont timides, grâce à des prêts à long terme et des investissements en fonds propre, explique Gaëlle Velay, directrice générale Hauts-de-France de la Caisse des dépôts. Notre implication donne souvent confiance à ces investisseurs.» 1 de la caisse des dépôts engendrerait ainsi 8 à 10 d’investissements privés.
Des reproches sont pourtant adressés à cet établissement : manque de lisibilité, lenteur dans les décisions… «Pour remédier à cela, nous avons donc créé la Banque des territoires en mai 2018, à destination des projets des collectivités, avec une attention particulière aux petites collectivités et territoires en difficulté.» Celle d’Amiens a été inaugurée le 4 octobre. La convention signée avec le Département de la Somme pour la revitalisation des territoires ruraux est la première du genre en France. «Nous avons débloqué 250 000
pour le cofinancement des études dans les deux communes lauréates prochainement désignées. Il y aura ensuite un volume financier consacré aux opérations elles-mêmes», assure Gaëlle Velay.

René Cailleux, maire : «L’implantation et la pérennité de commerces ainsi que la mise à disposition de nombreux services font partie de nos priorités.»
René Cailleux, maire : «L’implantation et la pérennité de commerces ainsi que la mise à disposition de nombreux services font partie de nos priorités.» - © © D. R.

L’exemple de Longpré-Les-Corps-Saints

Au jeu de l’appel à projets «bourgs centres», lancé par le Département et l’Etat, Longpré-Les-Corps-Saints a été nommé lauréate, avec Ailly-sur-Somme. Elle est donc désormais accompagnée techniquement et financièrement pour la réalisation d’une étude visant à définir les conditions de redynamisation de son centre-bourg.

«Aujourd’hui, notre volonté est de développer notre centre-bourg avec le soutien du regard extérieur du cabinet d’étude Quartier libre, souligne le maire René Cailleux. L’implantation et la pérennité de commerces ainsi que la mise à disposition de nombreux services font partie de nos priorités.»

Dynamiser le commerce, attirer les touristes et capter les flux routiers
La commune souhaite aussi le maintien et la recomposition de la zone artisanale et commerciale, la valorisation des limites d’urbanisation, le renforcement de son attractivité touristique, la valorisation des liaisons piétonnes, ou encore la restructuration des articulations ville/nature…
«Le projet vise également de capter les flux routiers, avec trois mille cinq cents véhicules en moyenne par jour qui traversent la localité», ajoute le maire.
La commune compte bien impliquer ses habitants. Elle va constituer une instance participative, qui associera commerçants, représentants de la vie scolaire et de la vie associative, et les jeunes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui